Rwanda – Burundi : les dessous des échanges entre les services des renseignements militaires

Début du renforcement des liens entre les services des renseignements du Burundi et ceux du Rwanda. Tout porte à croire, d’autant que ces deux services ont pris l’engagement de travailler ensemble, en vue de contribuer à la consolidation de la paix dans la région des Grands Lacs. Une résolution prise à l’issue d’un échange tenu au poste frontalier de Nemba, près de Gasenyi, dans la façade Est du Rwanda, ce 26 août, dans la soirée.

Les questions du renforcement de la sécurité et de la Coopération entre le Rwanda et le Burundi viennent d’être au centre d’un échange entre les responsables des services des renseignements militaires de ces deux pays, au poste frontalier de Nemba, près de Gasenyi à dans l’Est du Rwanda. Sous la médiation du Mécanisme de Vérification conjoint élargi (EJVM), les deux parties ont réfléchi sur la lutte contre l’insécurité, une situation qui fragilise la relation entre les deux Etats en particulier et la région des Grands Lacs en général.

Selon les sources sur place, conduite par le Colonel Erneste Musaba, la délégation burundaise a encouragé les services militaires du Rwanda à s’inscrire dans le processus du « renforcement des liens avec le Burundi, en vue de contribuer à la pacification de la région des  Grands Lacs ». De son côté, les autorités militaires rwandaises, conduites par le général Vincent Nyakarundi, ont exprimé leur engagement de travailler aussi en « collaboration » avec leurs voisins.

Un motif de satisfaction pour le facilitateur !

A l’issue de cet échange, le colonel Léon Mahoungou, du Mécanisme de Vérification conjoint élargi (EJVM) et facilitateur de ces assises, a exprimé son sentiment de satisfaction suite à l’engagement des deux parties. « Je suis très satisfait des résultats de cet échange. Les deux pays s’engagent à rétablir le dialogue et la communication entre les deux services de renseignements pour la restauration de la paix et le dialogue entre les deux pays », a-t-il déclaré au micro de Rwanda News Agency.

Le Colonel Mahoungou a en outre précisé que « les membres de la région, en particulier le Rwanda et le Burundi, ont trempé pendant plus de cinq ans, dans de problèmes de sécurité régionale, qui ont affecté les activités transfrontalières. Et l’augmentation des incidents à la frontière commune a causé des pertes en vies humaines et matérielles regrettables »,

En 2015, le Mécanisme militaire conjoint de vérification élargi (EJVM) , ce cadre militaire régional, a amorcé les échanges entre les deux pays, dans le souci de « renforcer les relations entre le Rwanda et le Burundi », deux pays de la région vivant sous tensions depuis près de cinq ans.