Rugby : le XV de France appréhende le duel face aux Springboks d’Afrique du Sud

Le match de rugby qui opposera le VX de France aux Springboks d’Afrique du Sud aura lieu samedi 23 novembre au Stade de France. L’équipe de France livre ses impressions.

Les bleus de Philippe Saint-André auront du pain sur la planche ce samedi pour mettre à terre la deuxième nation du rugby : l’Afrique du Sud. Même si pour certains, les Springboks vivent dans l’ombre des All Blacks, pour d’autres, et à commencer par les rugbymen français, « c’est le même niveau que les All Blacks », affirme Rabah Slimani, pilier droit et gauche de l’équipe de France.

« On s’attend à un énorme combat. On se prépare à un match de très haut niveau, notamment dans les duels », lance Saint-André. Le XV de France connaît la dimension physique du jeu sud-africain et sait qu’il doit se concentrer là-dessus, car c’est « gros combat » qui l’attend. « Les Boks, c’est l’organisation des Blacks avec le physique des Tonga », estime Wesley Fofana qui évolue au poste de centre dans l’équipe de France. D’autres refusent de les comparer aux champions du monde, à l’instar de Louis Picamoles (troisième ligne centre) qui pense que « ce n’est pas trop justifié de les comparer aux All Blacks. Le seul point commun, c’est qu’ils dominent le rugby mondial ».

Mais rien n’est encore joué. Le XV de France veut y croire et défend ses idées : « En défense, il faudra aller les chercher pour éviter qu’ils n’arrivent lancés », avance Slimani, selon L’Equipe. « Face aux Tonga, on a laissé trop d’espaces et c’était difficile de les arrêter. Il faut absolument éviter ça face aux Boks », prévient Fofana.

Talès (demi d’ouverture) pense qu’« il faudra consommer au minimum dans les rucks afin de garder une ligne complète derrière. On ne va pas abandonner le contest, mais uniquement si leur soutien est en retard. S’ils sont en place, ça ne sert à rien d’aller se tuer dans un ruck ». Le joueur conseille à son équipe d’ « éviter le jeu direct » et de « chercher à faire une passe de plus avant d’envoyer les avants ». « Chercher à écarter et éviter le jeu axial », complète-t-il. Toutes les stratégies sont envisagées par le XV de France pour battre la deuxième puissance mondiale du rugby, samedi, à 21 heures.

Une chose est sûre, les Sud-Africains n’ont pas l’intention de se laisser voler la vedette par les Français. D’autant plus que les Springboks, qui n’ont cessé d’étoffer leur jeu, sont tout proches de leurs éternels rivaux. Ils ont retrouvé cette force qu’ils avaient en 2007 et qui leur a permis de remporter le titre de champion du monde. Leurs atouts : une puissance monstrueuse, une défense d’éléphants, une touche efficace et un réalisme impressionnant. Gare cependant aux mêlées fermées plutôt moyennes et parfois au manque de fantaisie.