Rita Marley, la « prophétesse » du reggae

Rita Marley

Alpharita Constantia Anderson, connue sous le surnom de « Rita Marley », est la veuve du musicien de reggae et « prophète » du rastafarisme, Bob Marley. Une véritable icône de l’industrie musicale, dont certaines chansons continuent de bercer, de génération en génération. Aujourd’hui âgée de 74 ans, Rita Marley a connu un parcours florissant, avant d’arrêter sa carrière musicale en 2007, soit après 40 ans de dur labeur.

Née le 25 juillet 1946 à Santiago de Cuba de Leroy Anderson et Cynthia « Beda » Jarrett, Alpharita Constantia Anderson, connue sous le surnom de « Rita Marley », a grandi dans la partie haute de Beachwood, à Kingston en Jamaïque. C’est grâce à la musique qu’elle fait la rencontre de Bob Marley, dans les années 60 et le couple se marie le 11 février 1966, juste avant que le « prophète » du rastafarisme ne déménage au Delaware, aux États-Unis, où il avait trouvé un emploi à l’hôtel Dupont. Le séjour de Bob au pays de l’oncle Sam a été court et il est retourné en Jamaïque, plus tard cette année-là, pour continuer sa carrière musicale.

Une carrière musicale très florissante

Surnommée « Lioness of reggae », la maman de la nation reggae, qui est une véritable amazone, a connu une carrière très florissante. Elle a rejoint Bob Marley et son groupe au milieu des années 1960 et a formé une équipe de chanteurs de renfort avec son cousin Constantine et Marlene Gifford. Elle a ensuite remplacé Bunny Livingston dans le groupe « The Wailers », pendant plusieurs mois, après avoir été emprisonné pour possession de substances interdites, le cannabis. Pendant son temps avec les Wailers, elle a aidé le groupe à sortir des disques comme « Bend Down Low », « Dem Haffi Get-a Beatin » et « Hypocrites ».

En 1974, Bob forme le « I Three-band », qui enregistre l’album « Natty Dread », en collaboration avec le groupe « The Wailers ». En 1976, ils sortent un autre album à succès, « Rastaman Vibration », qui est également devenue une célébrité internationale. Après la mort de son mari, le 11 mai 1981, Rita Marley a enregistré plusieurs albums qui ont connu un succès relatif, principalement au Royaume-Uni. En 1986, elle a converti leur domicile conjugal à Kingston en musée Bob Marley.

La plupart de ses meilleures années dans la musique, elle a travaillé comme choriste dans le groupe de Bob Marley et ne s’est aventurée dans une carrière solo qu’après la mort de son mari. C’est peut-être la raison pour laquelle Rita n’a pas reçu beaucoup de prix à la dimension de son succès en musique.

En 1996, le gouvernement jamaïcain a reconnu son œuvre en lui décernant un Ordre de distinction. Cela a été suivi par le prix Marcus Garvey Lifetime Award, qu’elle a reçu en 2010. Le Ghana l’a également honoré en lui décernant la citoyenneté honoraire, le 3 août 2013, tandis que l’Université des Antilles lui a décerné un doctorat en lettres, en novembre 2015. En octobre 2020, sa fortune nette était estimée à 55 millions de dollars, soit 29,5 milliards FCFA.

Rita Marley et le Président du Ghana, Nana Akufo-Addo
Rita Marley sur une chaise roulante