RFI à Yaoundé, Douala et Bafoussam

Une convention signée entre la Radio publique camerounaise et son homologue gauloise, RFI, étend les programmes de Radio France Internationale aux ondes FM des trois principales villes du Cameroun.
En échange, la radio française s’est engagée à produire des émissions sur place.

Parmi les premiers signes tangibles de l’ouverture autorisée par la signature des décrets d’application de la nouvelle loi audiovisuelle camerounaise, Radio France Internationale vient de signer une convention avec la Radio publique camerounaise, pour la diffusion de ses programmes en FM à Yaoundé, Douala et Bafoussam.

Sommet France-Afrique en ligne de mire

De son côté, la CRTV, Radio Télévision Camerounaise, hébergera les équipements de RFI et gèrera les aspects touchant à la diffusion technique des programmes, tandis que RFI s’est engagée à produire localement plusieurs émissions.

Interrogé par les journalistes, le Président de Radio France Internationale, Jean-Paul Cluzel, a replacé l’événement que constitue l’arrivée de sa station de radio en FM dans les principales villes du Cameroun dans la perspective du prochain Sommet des Chefs d’Etat de France et d’Afrique, qui doit se tenir dans la capitale fédérale du Cameroun au mois de janvier 2001.

De son côté, le Directeur général de la CRTV n’est autre que le Professeur de stylistique et de Linguistique française Gervais Mendo Ze, auteur en janvier 2000 d’une somme de réflexion intitulée  » 20 défis pour le millénaire, Bâtir un nouvel humanisme « . Universitaire réputé, chercheur rigoureux, conscient des défis identitaires et culturels liés à la mondialisation et au développement des communications internationales, Gervais Mendo Ze s’est attaché à ce que les émissions de RFI au Cameroun, dès lors qu’elles étaient diffusées en FM, puissent refléter les réalités et la personnalité du Cameroun.

Arbitrage du Conseil national de la Communication

La course d’obstacle n’est toutefois pas terminée pour Jean-Paul Cluzel, qui va encore devoir défendre son dossier d’attribution de fréquences devant un comité technique et surtout devant le Conseil national de la Communication, auquel revient en dernier ressort la décision d’autoriser ou non cette diffusion, comme l’a rappelé le Ministre camerounais de la communication, M. Jacques Fame Ndongo. Et c’est dans le même esprit que ces premières zones de diffusion pourraient se voir adjoindre la zone de Garoua, qui correspond au Nord du pays, dès 2001.

Nul ne doute plus en effet à Yaoundé que le Conseil national de la Communication profitera de la latitude qu’il se voit enfin accordée de permettre une ouverture et un enrichissement de l’offre radiophonique camerounaise en modulation de fréquence (FM) : c’est surtout en ce sens qu’est interprétée la conclusion de la convention entre RFI et la CRTV… Il fallait bien commencer par une radio, alors pourquoi pas RFI ? D’autant que son arrivée renforce les bonnes relations qui existent de longue date entre le Cameroun et la France…

Gervais Mendo Ze,  » 20 défis pour le millénaire, Bâtir un nouvel humanisme « , ed. François Xavier de Guibert, Paris, janvier 2000.