Rétro 2014 : Ebola, Pistorius, Boko Haram, Lupita Nyong’o, Bouteflika, Compaoré, Essebsi…

pistorius.jpg

L’année 2014 a été riche en actualités sur le continent africain. L’enlèvement des plus de 200 lycéennes par Boko Haram a été un événement mondial, de même que le départ du Président burkinabè Blaise Campaoré. Retour sur les faits marquants de cette année.

L’année 2014 vient de prendre fin ce mercredi 31 décembre. Elle fut mouvementée tant au chapitre des évènements heureux que malheureux. AFRIK.COM revient sur certains évènements phares de cette année.

Un virus mortel 

L’Afrique fait face, depuis janvier 2014, à l’épidémie de fièvre Ebola. Ce virus qui est une maladie mortelle, se transmet à partir d’animaux sauvages. Apparu dans un village proche de la ville de Guéckédou en Guinée, le virus ne cesse de se propager en Afrique de l’Ouest, plus particulièrement en Sierra Leone et au Liberia. Selon un dernier bilan de l’Organisation Mondiale de la Santé, le virus Ebola a fait 7 708 morts dans le monde entier, sur un total de 19 729 cas.

ebola_retro.jpg

La difficile réalité du terrain 

Après la démission forcée, le 10 janvier 2014, du chef de la rébellion de l’ex-séléka Michel Djotodia, Catherine Samba-Panza est nommée à la tête de la Centrafrique. La présidente de transition échoue à éviter les affrontements. L’intervention militaire de la France aura dans un premier temps déséquilibré le rapport de forces au profit des anti-balaka. Les effectifs militaires français augmentent à 2 000 hommes en avril 2014. Alors que l’ONU a annoncé le déploiement de 10 000 Casques bleus d’ici avril 2015, le pays reste en proie à l’insécurité.

Affrontements entre armée française et ex-Séléka le 5 mai 2014:

Une Saint-Valentin meurtrière en procès 

L’année 2014 n’a pas été de tout repos pour Oscar Pistorius. Accusé du meurtre de sa petite amie, Reeva Steenkamp, le 14 février 2013, il a été condamné à cinq ans de prison, en novembre dernier pour homicide involontaire. Le parquet sud-africain, insatisfait du jugement rendu à l’encontre du champion paralympique Oscar Pistorius, a souhaité que le procès soit révisé. Ce verdict a suscité de vives incompréhensions et indignations en Afrique du Sud mais aussi dans le monde.

pistorius.jpg

Plus de 200 lycéennes enlevées

Dans la nuit du 14 au 15 avril 2014, près de 237 lycéennes sont enlevées dans leur établissement de Chibok, au nord-est du Nigeria, par des combattants de Boko Haram qui signifie en haoussa « L’éducation occidentale est interdite ». Le 5 mai, Abubakar Shekau, le chef de l’organisation connu pour sa férocité, revendique le rapt : « J’ai enlevé les filles. Je vais les vendre sur le marché ou les marier de force, au nom d’Allah ». L’émotion suscitée par l’événement entraîne une mobilisation mondiale sans précédent à travers le mouvement « Bring back our girls ».

Une Kényane au firmament d’Hollywood 

L’année 2014 n’a pas été que négative en Afrique. En effet, Lupita Nyong’o, jeune actrice d’origine kényane de 31 ans, obtient la récompense de meilleure actrice dans un second rôle lors de la 86e cérémonie des Oscars, le 2 mars 2014. Elle a été primée pour son interprétation de Patsey, une femme courageuse réduite en esclave, dans le film « 12 years a slave » de Steve McQueen. Lupita Nyong’o qui fait alors la fierté de son pays d’origine est félicitée par le Président Uhuru Kenyatta en personne dans un tweet : « Félicitations @Lupita_Nyongo pour votre victoire aux Oscars. Vous êtes la fierté de l’Afrique ».

Discours de Lupita Nyong’o sur la beauté des femmes noires:

La réélection d’un Président en chaise roulante 

Le 18 avril 2014, Abdelaziz Bouteflika est réélu sans surprise pour un quatrième mandat consécutif avec le score de 81,53% des voix. Il apparait pour la première fois depuis deux ans lors de son vote à Alger, en fauteuil roulant, gravement affaibli depuis un accident vasculaire cérébral. L’élection contestée de ce « Président fantôme » entraîne nombre de moqueries sur internet dont un détournement de la célèbre chanson de Stromae, « Boutef où t’es », qui a rencontré un franc succès.

La fuite d’un Président omnipotent 

Le Burkina Faso a connu une fin d’année 2014 mouvementée. Et pour cause, le 31 octobre dernier, le peuple a chassé du pouvoir Blaise Compaoré. Ce dernier a été contraint à la démission par l’armée qui lui arrache le pouvoir, après que le dirigeant ait affirmé son intention de modifier la Constitution. Une transition a été mise en place, en novembre, avec à sa tête Michel Kafando. La fuite de Blaise Compaoré, le 31 octobre, avec l’aide de la France, a nécessité près de 47 véhicules.

Vidéo amateur de la fuite de l’ex-président Blaise Campaoré:

Coup d’Etat manqué en Gambie

Le 30 décembre 2014, alors que le Président gambien Yahya Jammeh est en voyage à l’étranger, un commando fait irruption au palais et tente un coup d’Etat. Il y eut des affrontements qui ont fait quatre morts côté assaillants, dont le cerveau du groupe. Le putsch est un échec. Avant même de regagner Banjul, Yahya Jammeh, qui a transité par le Tchad, a indexé le Sénégal d’où, selon lui, est venu le commando qui a tenté de le renverser.

Un Président élu démocratiquement en Tunisie

2014 a aussi été une année importante en Tunisie où, pour la première fois, un Président a été élu démocratiquement. Il s’agit du candidat du parti Nidaa Tounes, Beji Caïd Essebsi, qui, à l’issue du second tour de la Présidentielle du 21 décembre 2014, a devancé le candidat sortant Moncef Marzouki. Habib Bourguiba et Ben Ali ayant toujours eu recours au plébiscite et à des élections truquées pour rester au pouvoir, Moncef Marzouki élu par une Constituante, Béji Caïd Essebsi devient ainsi le premier Président démocratiquement élu de la Tunisie. Essebsi a prêté serment ce mercredi 31 décembre 2014, bouclant une année 2014 riche en évènements. En attendant 2015 !

beji-caid-essebsi.jpg