Retour d’ « Exils » en Algérie

Exils, quatorzième film de Tony Gatlif, sort ce mercredi dans les salles obscures en France. Prix de la mise en scène au dernier festival de Cannes, le road movie suit, à travers quatre pays, le périple de Zano et Naïma qui retournent en Algérie en quête de leurs racines. Une œuvre sensuelle, musicale et colorée.

Tony Gatlif est retourné en Algérie. Et il a entraîné avec lui l’actrice marocaine Lubna Azabal et l’acteur français Romain Duris pour un road-movie musical et chatoyant : Exils. Tony Gatlif, Michel Dahmani pour l’état civil, réalisateur, acteur, scénariste, producteur et compositeur, gitan d’origine andalouse né en 1948 à Alger et débarqué à Marseille en 1962… Il livre ici son quatorzième film, déjà auréolé du Prix de la mise en scène au dernier Festival de Cannes. Les jurés ne s’y sont pas trompés : il y a un dynamisme et des idées dans ce film-là qu’il fallait couronner. Gatlif tourne autour de ses acteurs avec la rage et l’énergie d’un toréro et avec la force et la sensualité d’un danseur flamenco. Porté par une bande-son voyageuse et ecclectique, Exils se révèle entêtant comme un chant gitan.

C’est l’histoire de Zano, musicien belle gueule qui porte un chapeau tzigane et sa liberté en bandoulière, et Naïma, brune piquante au sourire carnassier et à la voix cassée. Ces deux-là s’aiment d’un amour brut et brutal. Deux déracinés qui décident de découvrir le pays de leurs origines : l’Algérie, en passant par la France, l’Espagne et le Maroc. « Je n’ai pas eu la prétention de faire un film sur l’Algérie, car je ne connais pas ce pays. J’ai fait un film sur les enfants d’exilés à la recherche de leurs origines », expliquait le réalisateur lors de la projection cannoise. « Ce film n’est pas né d’une idée, mais du désir de me pencher sur mes propres cicatrices. Il m’a fallu 43 ans pour retourner sur la terre de mon enfance, l’Algérie, 7 000 kilomètres sur la route, en train, en voiture, en bateau, à pied et 55 000 mètres de pellicule. »

Un film à sensations

Ce périple, à la fois géographique et intérieur, ballotte les héros de la Carboneria de Séville, haut lieu du flamenco, aux hauteurs d’Alger, en passant par les ruines des environs d’Almeria, qui abritent des clandestins africains, marocains et algériens. Zano et Naïma croisent la route de ces exilés pas toujours volontaires et font le chemin en sens inverse. Ils campent avec un groupe de gitans, goûtent à la fatigue des longs voyages en autobus sur les poussiéreuses routes marocaines… On en retient des flashes de couleurs, la silhouette de Duris, découpée sur l’aube bleue sévillane, un jeu de cache-cache érotique dans les plantations de fruits du sud de l’Espagne… A Alger, l’atmospère est plus étouffante. Elle tient sans doute aux conditions dans lesquelles les scènes ont été tournées : « Nous avons appris le tremblement de terre en Algérie pendant le tournage à Séville », raconte Tony Gatlif. « Mon quartier, mon école, mon bord de mer où j’allais me baigner quand j’étais enfant, tous mes paysages ont été balayés par la main du destin. C’était apocalyptique. »

En plus d’être un film musical, Exils est aussi un film sensuel, à fleur de peau, au sens premier du terme. Il s’ouvre sur le dos de Romain Duris, filmé au plus près des grains de beauté, et il est ponctué de gros plans sur une oreille ou les cicatrices de Naïma qui ne sont donc pas que psychiques. Tony Gatlif a réussi à faire d’Exils un film à sensations.

Exils, de Tony Gatlif, sortie française le 25 août.