Report de la CAN : Joseph Antoine Bell charge les clubs européens


Lecture 2 min.
Joseph Antoine Bell
Joseph Antoine Bell

La 33ème édition de la Coupe d’Afrique des nations devrait avoir lieu du 9 janvier au 6 février 2022, au Cameroun. À quelques semaines du démarrage de cette compétition africaine, la polémique enfle avec la presse européenne qui évoque son éventuel report, en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de Coronavirus. L’ancien gardien des Lions Indomptables, Joseph Antoine Bell, a sévèrement taclé les clubs européens qui menacent de ne pas libérer les joueurs, pour ce grand rendez-vous du football continental.

La Coupe d’Afrique des nations aura-t-elle lieu au mois de janvier prochain au Cameroun ? C’est la question que l’on se pose désormais depuis le fameux article de RMC, sur son éventuel report ou annulation. Joseph Antoine Bell dit ne pas comprendre les menaces proférées par les clubs européens, qui envisagent de bloquer les joueurs africains, afin de les empêcher de prendre part à cette compétition, en raison de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19.

« Cette décision n’aura aucune base légale, si jamais elle est appliquée. Que les Européens arrêtent de nous raconter des histoires. Le virus est chez eux, mais le championnat de France ne s’est pas arrêté. Les Anglais ont joué hier, ils joueront aujourd’hui et demain », a fait savoir Joseph Antoine Bell, qui est convaincu de la gravité de la situation sanitaire liée à la pandémie de Covid-19 plutôt en Europe que sur le continent africain. Il ose croire que la Coupe d’Afrique des nations aura lieu aux dates déjà annoncées par la Confédération africaine de football (CAF).

À rappeler que les clubs européens ont ainsi menacé de ne pas laisser les joueurs africains rentrer dans leurs pays respectifs pour la CAN qui se tiendra du 9 au 6 février 2022 au Cameroun, à travers une correspondance à la Fédération internationale de football association (FIFA). Si l’Association européenne des clubs (ECA) évoque les raisons sanitaires, plusieurs observateurs indiquent qu’il s’agit tout simplement d’un nouveau sabotage de la grande fête du football africain.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter