Renya : la passion du gospel

RENYA_2.jpg

Après un premier album de reprises, Renya, valeur sûre de la musique spirituelle togolaise, a décidé de défendre ses propres textes. Un choix qui s’est avéré payant. Sorti en 2007, « Gake… » a reçu le prestigieux Békété d’Or au Togo. Entretien.

RENYA_2.jpgLe gospel, elle est tombée dedans toute petite, tout comme Obelix dans la marmite du druide. Issue d’une famille chrétienne pratiquante, grand-père musicien, père mélomane, Renya a fait son apprentissage du chant dans les églises. A 30 ans, elle est devenue une valeur sûre du gospel en son pays natal, le Togo. Elle y a récemment reçu le prestigieux Békété d’Or de la musique spirituelle. Après Blema Mawu, un premier album composé essentiellement de reprises de standards du genre, Renya a décidé de sortir ses compositions du placard. Dans Gake…, elle signe la plupart des titres. L’album mêle gospel, jazz et R’n’B, dans un souci d’éclectisme et d’ouverture. Installé en France depuis quelques années, sans perdre le lien avec son pays (elle sera en concert le 13 avril, au Palais des sports de Lome), la chanteuse tente par cette démarche de sortir sa musique de la chapelle gospel, pour aller séduire d’autres publics.

Afrik.com : Pourquoi le gospel ?

Renya :
Je viens d’une famille chrétienne. Je me suis intéressée très tôt à tout ce qui est artistique. J’ai été baignée dans le l’église et le gospel. C’est peut-être une éthique. Mon grand père est musicien, mon père aime beaucoup la musique.

Afrik.com : Vous laissez un public acquis au Togo pour venir tenter votre chance en France. Est-ce un défi pour vous ?

Renya :
C’est pour un autre apprentissage que je suis venue. Au Togo, tout n’est pas facile non plus. Il y a des avantages et des inconvénients des deux côtés. Je voulais surtout venir pour approfondir la théorie et la technique. J’ai fait des rencontres avec des musiciens. Ce qui m’a permis de faire ce 2ème album, qu’il va falloir faire tourner en France. Il est vrai qu’au Togo, une grande partie du public adhère à cette musique. En France, il n’y a pas forcément un public chrétien. Le message ne change pas mais, il faut aller cherche ce public. En ce sens, on peut parler de défi.

Afrik.com : Dans votre 1er album, Blema Mawu, vous puisez dans le répertoire gospel américain et togolais, tandis que votre 2ème opus, Gake…, est composé pour l’essentiel de titres originaux, vos propres textes. Comment avez-vous franchi ce pas ?

Renya :
J’ai fait un premier album avec des reprises parce que j’avais du mal à assumer mes propres textes. Assumer ses textes est une chose difficile, parce que c’est se mette à nu. Comme j’arrivais sur le marché, je voulais travailler sur des gens que je connaissais. Mais, finalement, les gens m’en ont voulu et m’ont demandé pourquoi je n’avais pas sorti mes propres textes. C’est cela qui m’a finalement décidé à le faire.

Afrik.com : Malgré une tonalité générale gospel, dans votre album vous glissez un titre R’n’B. Est-ce parce que vous êtes fan de Beyonce ?

Renya :
Ce n’était pas mon choix. C’est la direction artistique qui a proposé ces arrangements R’n’B. On s’est dit que ce serait bien pour le marché occidental. Ce que j’écoute chez Beyonce, par contre, c’est plutôt sa voix. Je n’aime pas le R’n’B. Quant on m’a proposé ces arrangements, je me suis dit pourquoi pas ? Et puis je me suis lancée. En fait, on a fait en sorte que les morceaux soient éclectiques, que les gens se retrouvent dans cet album. Qu’il soit fédérateur. Mais le prochain, je pense, sera plus près de ma personnalité musicale.

Afrik.com : Cela veut dire que vous allez revenir à des « valeurs » plus gospel, fini l’éclectisme ?

Renya :
Vous savez, il y a des gens qui écoutent du rock métal et pas du zouk. A un moment, il faut se positionner. D’autre part, c’est vrai que je m’inspire du gospel, mais ça ne veut pas forcément dire que ma musique est faite uniquement de gospel. D’ailleurs, sur cet album, j’ai travaillé avec quelqu’un qui fait du rock progressif et qui met sa touche sur certains morceaux (Paul-Alain Fontaine, ndlr). Je suis ouverte, mais je cherche mon identité musicale.

Afrik.com : Pouvez-vous nous en dire plus, sur cet album ?

Renya :
J’ai déjà fait des compositions et je commencé à travaillé les arrangements. Mais, actuellement, je suis surtout concentré sur Gake…, qu’il va falloir faire tourner en France. Par ailleurs, je serai en concert le 15 avril au Togo, au Palais des Congrès de Lomé. Cela me permettre de revenir chez moi, passer des bons moments avec ma famille et mes amis.

 Consulter le Myspace de Renya

 Renya est en concert au Palais des Congrès de Lomé (Togo), le 13 avril 2009.