Régionales 2010 : S’abstenir c’est contribuer au score du Front National

Au lendemain du 1er tour des élections régionales françaises, j’ai été surpris par les conversations matinales autour du café. A la question « es-tu allé voter ?» , j’étais le seul à répondre par l’affirmative. Ensuite tous rajoutaient « as-tu vu le score du FN ?». Je n’ai pas osé répondre, mais j’avais envie de dire « pourquoi t’intéresses-tu au résultat si tu n’es pas aller voter ». Malheureusement les résultats s’imposent à tous, y compris à ceux qui n’ont pas voté. Le score du FN est souvent ressorti : par ceux qui ne l’acceptent pas et s’en excusent ; ou par ceux, courageux qui en sont fiers. Essayons de comprendre ce phénomène et d’y apporter quelques solutions.

A l’annonce des résultats, 2 chiffres ont vite attiré mon attention : le résultat du candidat de l’UMP (mon camp) et celui du FN. Ce n’est qu’ensuite que je me suis intéressé à l’abstention.

Le score de Valérie Pécresse en Ile-de-France et des autres candidats UMP dans les autres régions était plutôt décevant, car inférieur aux attentes. Voilà une candidate (un candidat pour les autres région), jeune, qui incarne la volonté de changement face à l’immobilisme du Président sortant allié aux communistes et aux verts. J.P. Huchon a réussi à diriger la région Capitale pendant 12 ans dans l’anonymat total. Présidant un bureau de vote à Sèvres (92), j’ai dû à plusieurs reprises répondre aux électeurs socialistes qui cherchaient désespérément qui était le candidat socialiste. L’alliance arc-en-ciel a paralysé cette région qui aurait du être la locomotive de l’économie Française. Cette région qui est en concurrence avec les grandes métropoles européennes et mondiales (Londres, francfort, Tokyo,…etc).

Cet immobilisme a poussé l’Etat à concevoir le projet du Grand Paris. Valérie Pécresse contrairement à Jean-Paul Huchon a pour ambition de porter ce projet qui voudrait hisser la Région Capitale au même rang que les autres grandes métropoles mondiales.

La véritable campagne du 1er tour n’a pas eu lieu pour plusieurs raisons :

les Français en général et les franciliens en particulier connaissent peu l’institution régionale. Les franciliens ne savent pas que leur quotidien dépend en partie des décisions du Conseil Régional : en matière de transport, de logement, de sécurité et d’éducation à travers les lycées, etc …

les Français vivent l’une des crises économiques les plus violentes qu’a connue le monde occidental depuis la crise de 1929.

Enfin l’opposition nationale par sa démagogie a réussi à transformer l’enjeu des élections. Il ne s’agit plus de voter pour ou contre un bilan régional, pour ou contre un projet régional, mais pour ou contre le gouvernement.

Le gouvernement conduit par François Fillon met en œuvre depuis 2 ans le programme du candidat Sarkozy. Le Président Sarkozy a été largement élu en 2007 pour moderniser la France. Face à la mondialisation, la France n’a cessé de perdre du terrain car aucun gouvernement n’osait prendre des décisions pour adapter le pays au contexte mondial. La France était championne en matière de chômage, de déficit, d’endettement, etc. Sous le terme de « réformes », il ne s’agit que de mesures pour permettre à la France de faire face à la concurrence internationale. Aujourd’hui encore le lait produit en France coûte 20% plus cher que celui produit par nos voisins allemands. Ces mesures ne sont pas toujours populaires car elles bousculent souvent nos habitudes et touchent à certains avantages catégoriels. Ces mesures doivent être prises en douceur aujourd’hui, sinon elles seront plus dures et s’imposeront à nous comme c’est le cas actuellement en Grèce.

Malgré la crise la modernisation est en marche et ses effets commencent à se faire sentir. Au 4ème trimestre 2009, le taux de croissance en France était de 0,6%, contre 0,1% dans la zone €uro.

Il est important que les Régions françaises accompagnent cette modernisation. Voilà une principale raison de voter pour les listes de la majorité présidentielle.

L’autre raison, et non des moindre est de réduire le score du Front National.

Ceux qui reprochaient au candidat Sarkozy de draguer l’électorat FN en abordant des thèmes qui lui sont chers (sécurité, identité nationale, etc..) lui reprochent aujourd’hui d’avoir fait monter le FN pour les mêmes raisons. En réalité un FN élevé est une aubaine pour la gauche, une épine pour la droite et un calvaire pour la Diversité.

Au second tour des élections régionales, le FN se maintient dans 12 régions, favorisant ainsi l’élection de la liste de gauche. Réduire le score du FN est donc un enjeu de taille pour la droite. Difficile est l’interprétation du vote. Entre les discours haineux de ses responsables et la notion de vote protestataire, on ne sait pas exactement qu’elle est la réalité.

Nicolas Sarkozy a réussi à mettre au centre de la vie politique la question de la Diversité dans un contexte de FN fort. Il a donc pris des risques politiques. Malheureusement il n’est pas toujours suivi par son camp. Sous son impulsion, l’opportunité nous a été donné de créer le Cercle de la Diversité, groupe de réflexion qui s’est transformé en mouvement politique avec pour ambition d’accompagner les changements en cours dans le pays.

Les adversaires du Cercle de la Diversité au sein de la Majorité présidentielle pensent que les idées que nous défendons (une égalité réelle, un volontarisme républicain pour lutter contre discriminations) ne sont pas compatibles avec la lutte contre le FN. Nous pensons le contraire. Lorsqu’on regarde attentivement les résultats du 1er tour, on remarque aisément qu’il y a une corrélation entre le taux d’abstention et le score du FN. Plus le taux d’abstention est élevé, plus le score du FN l’est également. On remarque aussi que l’abstention est très élevée dans les quartiers populaires.

Les habitants de ces quartiers sont non seulement victimes des discriminations en temps normal, mais ils sont les plus touchés par la crise économique.

S’abstenir pour exprimer son mécontentement n’est pas la solution car, avec un FN élevé, le Cercle de la Diversité sera de moins en moins audible au sein de la majorité présidentielle.

Afin de réduire le score du FN, j’invite donc toutes les personnes qui souhaitent la promotion de l’égalité réelle (et non virtuelle), à aller voter massivement. Votre vote permettra de réduire mécaniquement le score du FN. Le FN ayant fait le plein de ses voix au 1er tour.

Lucien KEMKENG

Conseiller Municipal Délégué (UMP) à la Mairie de Sèvres

Programmation budgétaire

Membre CLECT

Communauté d’agglomération Grand Paris Seine Ouest

Vice-Président du Cercle de la diversité