Réforme de la constitution au Maroc : le gouvernement confiant

« Nous sommes tellement confiants dans l’appui de la majorité de la population au projet de constitution, (que) ce ne sont pas quelques voix dissonantes qui nous déstabiliseront », a déclaré à l’AFP Khaled Naciri, porte-parole du gouvernement, au sujet du référendum sur une constitution plus démocratique fixé au 1er juillet. « Je confirme que tous ceux qui participent au référendum, y compris ceux qui y sont hostiles, pourront s’exprimer librement et nous n’avons pas de problème à ce niveau », a assuré M. Naciri. Le roi Mohammed VI a proposé vendredi soir une réforme de la constitution qui renforce notamment les pouvoirs du Premier ministre issu du parti vainqueur des élections, mais qui lui conserve de larges prérogatives politiques et religieuses. La campagne a débuté lundi soir, à 1 heures du matin. Elle se terminera le 30 juin. La majorité des partis politiques marocains ont d’ors et déjà déclaré qu’ils étaient favorables au référendum, tandis que le Mouvement du 20 février et ses partisans trouvent les réformes proposées trop timides.