Rééchelonnement de la dette ivoirienne

La lune de miel continue entre Paris et Abidjan. Après le voyage de Claude Guéant à Abidjan, avec en cadeau une trentaine de voitures de police, c’est aujourd’hui un effacement partiel et un rééchelonnement de la dette ivoirienne qui a été décidé par le Club de Paris.

Le Club de Paris et la République de Côte d’Ivoire ont conclu un accord de restructuration de dette annonce le Club dans un communiqué : « A titre exceptionnel, au vu de la capacité de paiement limitée de la République de Côte d’Ivoire, les créanciers ont également accepté de différer et rééchelonner sur dix ans le remboursement des échéances dues par la République de Côte d’Ivoire sur sa dette court terme et post date butoir, et sur huit ans les arriérés sur ces créances. Ils ont également convenu de différer tous les intérêts dus sur les montants traités (…) Les créanciers participants saluent le fait que ces mesures devraient permettre de réduire de plus de 78%, soit 1 822 millions USD dont 397 millions USD annulés, le service de la dette due par la République de Côte d’Ivoire aux créanciers du Club de Paris entre le 1er juillet 2011 et le 30 juin 2014. » Le club de Paris est un groupe informel de gouvernements créanciers des pays industrialisés.

Les membres du Club de Paris qui ont participé à la restructuration de la dette de la République de Côte d’Ivoire étaient les représentants des Gouvernements de l’Allemagne, de l’Autriche, de la Belgique, du Canada, de l’Espagne, des Etats-Unis d’Amérique, de la France, de l’Italie, du Japon, de la Norvège, des Pays-Bas, du Royaume-Uni et de la Suisse. Le Brésil a également participé à ce réaménagement de dette.