Rebecca Malope reçoit l’Ordre d’Ikhamanga des mains de Ramaphosa


Lecture 2 min.
Rebecca Malope et Cyril Ramaphosa 19 nov 21
Rebecca Malope et Cyril Ramaphosa

Considérée comme la reine du gospel en Afrique du Sud, Rebecca Malope n’a pas réussi à cacher sa joie lorsqu’elle a reçu l’Ordre d’Ikhamanga des mains du Président Cyril Ramaphosa. Une distinction instituée en 2003 par l’ancien chef de l’État de la nation arc-en-ciel Thabo Mbeki, pour des œuvres notoires qui sont réalisées dans les domaines des arts, de la culture, de la littérature, de la musique, du journalisme et des sports.

Pour son énorme succès dans la musique gospel, Rebecca Malope, 53 ans, a reçu cet honneur pour son influence avec sa voix spéciale. Elle est l’une des légendes vivantes récompensées par l’ordre pour avoir eu un impact dans l’amélioration de la vie des citoyens sud-africains et pour avoir contribué à l’avancement de la démocratie dans la nation arc-en-ciel. Elle n’a pas caché son enthousiasme lorsqu’elle a reçu le prix.

« C’est le plus grand prix que j’ai reçu depuis que j’ai commencé ma carrière musicale, il y a de nombreuses années. Je ne sais pas quoi dire. S’attendre à être récompensée est une chose, mais quand vous voyez que cela se produit déjà en est une autre. C’est pourquoi je suis à court de mots, je ne sais pas quoi dire, je ne sais vraiment pas », a déclaré Rebecca Malope, qui est dans l’industrie depuis plus de trois décennies et a remporté de nombreuses distinctions, dont les Crown Gospel Awards.

Pourtant, dans son jeune âge, Rebecca Malope a été confinée dans un fauteuil roulant après une maladie et les médecins pensaient qu’elle serait incapable de marcher seule. Mais, à force de persévérance, elle est parvenue à se faire un nom dans l’industrie musicale sud-africaine. Elle a récemment reçu le prix Lifetime Achievement décerné par le magazine nigérian Clima. Elle est également docteur honoris causa de l’Université du KwaZulu-Natal (Afrique du Sud) et de l’Université de Californie (États-Unis) pour sa contribution à l’industrie de la musique.

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter