RDC : une trentaine de personnes tuées ce samedi à Beni

Forces armées de la RDC
Les Forces armées de la RDC

Une trentaine de personnes ont été tuées, ce samedi matin, lors d’une attaque de rebelles contre une localité du territoire de Beni dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Nouveau drame en RDC où une attaque perpétrée par des hommes armés contre la localité de Beu – Manyama a coûté la vie à au moins 21 civils et sept rebelles. Selon les Forces armées congolaises, l’assaut a eu lieu, ce samedi 28 mai 2022, dans la matinée, dans le territoire de Beni, situé dans l’Est de la République Démocratique du Congo.

Dans une note adressée aux médias, la société civile congolaise a déclaré qu’au moins 21 personnes, toutes des civils, ont été tuées à coup de machette et de balles réelles. Elle a précisé que les rebelles des forces démocratiques alliés (ADF) ont lancé les attaques à l’intérieur même des maisons. Selon Kinos Katuho, président de la société civile locale, plusieurs civils ont également été enlevés par les assaillants.

Le bilan pourrait toutefois s’alourdir, estime la source, craignant que les «personnes portées disparues soient exécutées par les rebelles dans la brousse». Pour sa part, le capitaine Anthony Mwalushay, porte-parole de l’armée congolaise dans le territoire de Beni, a confié à l’Agence Anadolu que les forces armées de son pays ont réussi, lors d’une intervention, à neutraliser sept éléments des ADF. Un des rebelles a aussi été capturé par les militaires.

Confirmant le massacre de civils, le porte-parole militaire a précisé qu’une dizaine de personnes tuées à la machette ont été découvertes lors des opérations de fouille, qui a par ailleurs permis de mettre la main sur des armes. Ce drame intervient alors que ce territoire est sous état de siège. Les opérations conjointes lancées par les forces armées ougandaises et congolaises dans le Nord-Kivu et la province voisine de l’Ituri n’ont pas réussi à contenir ces violences.

Ce carnage intervient par ailleurs au moment où la tension est vive entre la RDC et le Rwanda. Kinshasa accuse Kigali d’être derrière le mouvement rebelle M23, qui mène des assauts récurrents, à Goma, dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Les deux parties ont demandé une enquête au MCVE (Mécanisme de vérification conjoint élargi). Kigali affirme que des roquettes venues de RDC avaient fait plusieurs blessés en territoire rwandais, alors que Kinshasa avance que plus de 20 obus venus de l’Est étaient tombés en RDC.