RDC : que reproche-t-on à Jeanine Mabunda ?

Jeanine Mabunda

Elle est la première femme à occuper ce poste dans l’histoire du Congo. Alors qu’elle vient de passer à peine six mois à la tête du Parlement, Jeanine Mabunda fait l’objet de vives critiques, même dans sa propre famille politique, le PPRD dont certains cadres menacent de la déchoir de son poste.

Rien n’est officiel pour l’instant. Mais la nouvelle nourrit les conversations depuis quelques jours à Kinshasa et particulièrement dans les arcanes du Parlement. Une pétition serait en circulation contre la présidente de la chambre basse du Parlement et serait l’initiative de barons de la coalition Front Commun pour le Congo (FCC) de l’ex-Président, Joseph Kabila, et particulièrement du Parti du Peuple pour Reconstruction et la Démocratie (PPRD). Si les actions sont pour l’instant ourdies en tapinois, elles pourraient être portées au grand jour d’ici à la semaine prochaine. Mais qu’est-ce qui est réellement reproché à la présidente de la ligue des femmes du PPRD ?

Pour ses détracteurs, Jeanine Mabunda est « inactive, incompétente, avec un manque de charisme et de leadership politique » depuis qu’elle a accédé au perchoir. Ces accusations, pour le moins, hâtives quand on sait que le bureau du Parlement vient à peine d’être installé, semblent indiquer que les vraies raisons de cette guerre fratricide menée en sourdine sont à rechercher ailleurs. Ne serait-ce plutôt pas l’œuvre de députés du FCC qui, tapis dans l’ombre, lorgnent le perchoir du Parlement ?

D’aucuns parlent de machisme. C’est le cas de la sénatrice PPRD, Francine Muyumba, qui a réagi sur son compte Twitter : « Les attaques contre Jeanine Mabunda s’adressent à toutes les femmes de la RDC et de l’Afrique. Une femme engagée, indépendante d’esprit, compétente et charismatique est toujours combattue. Nous n’allons pas laisser libre cours au machisme ». C’est dire que la présidente de l’Assemblée nationale ne manque pas de soutien au sein de la classe politique congolaise.

Une autre réaction, celle du député de l’Union pour la Nation Congolaise (UNC), Juvénal Munubo, qui s’est également exprimé sur son compte Twitter : « Certes, il y a des défis à relever, mais je ne pense pas qu’il soit opportun de songer au remplacement des membres du Bureau de l’Assemblée nationale. La collègue Jeanine Mabunda, première femme élue présidente de l’Assemblée nationale incarne une certaine nouveauté dont nous devrions être tous fiers ».
C’est peut-être parce que Jeanine Mabunda est sûre de ses soutiens qu’elle est restée impassible face à tout ce qui se dit, surtout qu’à aucun moment, Joseph Kabila, leader incontesté du FCC, ne l’a désavouée. C’est seulement du cabinet de la présidente du Parlement que fusent quelques bribes d’informations selon lesquelles les députés frondeurs seraient plutôt dérangés par la rigueur empreinte de moralité dont Mme Mabunda fait montre dans sa gestion.
La plus attendue des réactions dans cette affaire est celle de Joseph Kabila, seul à même de ramener l’ordre et le calme dans sa famille politique.