RDC : les factions pro-ougandaises s’affrontent à l’arme lourde

La dépouille de Kabila n’est pas encore inhumée qu’un nouveau front s’ouvre à l’Est du pays. A Denia, des factions pro-ougandaises s’affrontent à l’arme lourde.

L’appel au calme en République Démocratique du Congo, lancé vendredi par le Haut Commissaire des Nations Unies pour les Réfugiés, Ruud Lubbers, n’a pas été entendu. Quelques jours, en effet, après l’annonce d’un front commun entre les deux principales factions qui combattent le régime de feu Kabila, des combats font à nouveau rage dans les rangs de la rébellion. Cette fois, ce n’est pas entre partisans du Rwanda et de l’Ouganda qu’ont lieu les affrontements (comme cela a été le cas à Kisangani, cet été), mais entre deux ethnies rivales soutenues par l’Ouganda.

Lendus contre Hemas

Selon des sources de l’ONU présentes à Goma, des agriculteurs lendus ont attaqué à l’arme lourde des Hemas (peuple d’éleveurs) et pilonné les positions autour de l’aéroport de Bunia. Bilan : une soixantaine de morts et 6000 réfugiés fuyant vers l’Ouganda. Jean-Pierre Bemba leader du MLC a désapprouvé ces  » indisciplinés  » Lendus, considérés proches du RDC-Kisangani (parti d’un autre chef rebelle, Ernest Wemba dia Wemba) et critiqué le  » parrain  » ougandais qui cherche à remettre au pas ses alliés de façon jugée trop autoritaire.

Le Haut Commissariat aux Réfugiés (HCR) estime que ce conflit a commencé il y a deux semaines, sans préciser ce qui a amené les deux groupes alliés à s’affronter. L’Ouganda accueille déjà 8000 réfugiés dans l’Ouest du pays. Ces combats portent le nombre de déplacés à 14 000. La Tanzanie abrite environ 110 000 exilés congolais en provenance de la province limitrophe du Kivu et chaque jour apporte son lot de nouveaux arrivants.

En trois ans, les guerres du Congo-Kinshasa ont fait des dizaines de milliers de morts et quelque deux millions de personnes déracinées. Le nombre actuel des réfugiés et déplacés congolais s’élèverait à 500 000 en RDC et 330 000 dans les pays limitrophes.