RDC : le sort du chef militaire du M23 Sultani Makenga en question

Selon les autorités ougandaises, le chef militaire des rebelles du M23, Sultani Makenga, et ses hommes se seraient rendu. Mais la milice a démenti ces informations, affirmant qu’ils se trouvent dans un endroit secret en attendant les accords.

Où se trouve réellement Sultani Makenga? Le chef du M23 court-il toujours dans la nature ? Ou s’est-il rendu aux autorités ougandaises ? Tant de questions qui restent pour le moment sans réponse. Les autorités ougandaises ont, elles, assuré que le chef et pilier de la rébellion vaincue par l’armée congolaise s’est bien rendu. « Je peux vous confirmer qu’il est avec nous, a dit un officier, sous couvert de l’anonymat. Il s’est rendu hier et nous le détenons quelque part, ainsi que d’autres commandants sous ses ordres ». L’officier a précisé que les rebelles seraient détenus jusqu’à la signature d’un accord. Des informations confirmée dans la journée par le porte-parole du gouvernement ougandais.

De son côté, la rébellion, contacté par Afrik.com, a démenti ces informations, affirmant que son chef militaire est en ce moment-même dans un endroit tenu secret, attendant qu’un accord soit signé avec le gouvernement congolais à Kampala, la capitale ougandaise, pour décider de la suite des évènements. Même son de cloche sur compte Twitter où le M23 a indiqué que « toutes les informations sur Sultani sont fausses » et que des « éléments du M23 se trouvaient toujours à la frontière de la République démocratique du Congo (RDC) ».

« Il ne faut pas crier victoire trop vite »

En tous cas, l’avenir du M23 est toujours en question. La rébellion a proclamé mardi la fin de son mouvement après l’offensive éclair menée à son encontre par l’armée congolaise, appuyée par la force de l’ONU en RDC. Le M23 a toutefois affirmé sa volonté de devenir une force politique et de parvenir à une solution pacifique avec le gouvernement congolais, peu après l’annonce par Kinshasa que l’armée avait conquis ses deux dernières bastions, près de la frontière ougandaise.

Mais selon cet observateur averti de la politique congolaise, « les rebelles du M23 peuvent toujours espérer des concessions à Kampala, mais Kabila ne cédera pas, d’autant qu’il est en position de force et qu’il a remporté la victoire sur eux ». Il ne faut pas non plus que « Kinshasa crie victoire trop vite », car la guerre n’est pas encore finie, même si l’armée congolaise a remporté une manche contre le M23. « Désormais la bataille va se jouer sur d’autres fronts ».