RDC : le mandat de la MONUSCO prorogé d’un an par l’ONU

Le mandat de la MONUSCO arriverait normalement à expiration  le 20 décembre. Mais le Conseil de sécurité de l’ONU, réuni ce jour-même, a décidé de maintenir la mission en place pour une année supplémentaire.

C’est à l’unanimité que les 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU ont décidé, aujourd’hui-même, de maintenir la MONUSCO en place pour une nouvelle année. Ainsi, 14 000 militaires, 660 observateurs militaires et officiers d’état-major, 591 policiers et 1 050 membres d’unités de police constituées sont autorisés à rester en place en République démocratique du Congo.

Par ailleurs, le déploiement de 360 membres supplémentaires d’unités de police constituées a été approuvé par le Conseil. Mais ce déploiement ne pourra s’opérer qu’en remplacement du personnel militaire, conformément au souhait du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. Les objectifs assignés à ce nouveau mandat de la MONUSCO sont précis : assurer prioritairement la protection des civils et appuyer la stabilisation et le renforcement des institutions de l’Etat en RDC, ainsi que les principales réformes de la gouvernance et de la sécurité.

En vue de trouver des solutions pour mettre fin aux flux transfrontaliers de combattants armés, d’armes et de minerais en provenance des zones de conflit et qui fragilisent la paix et la stabilité au Congo, la MONUSCO est invitée à collaborer avec le Bureau de l’Envoyé spécial des Nations Unies pour la région des Grands Lacs, Huang Xia.

Une fois le mandat prolongé, tous les regards seront désormais dirigés vers la MONUSCO pour suivre de près comment elle va jouer le rôle qui est le sien, surtout qu’elle a fait l’objet de vives contestations et même d’attaques, ces derniers semaines, où les populations de l’Est de la RDC lui reprochent ouvertement son manque d’efficacité.