RDC : le M23 prend Goma

Selon nos sources, les mutins du Mouvement du 23 mars contrôlent en ce moment toutes les positions stratégiques, notamment l’aéroport, deux postes-frontières et le quartier général des FARDC, de Goma, la capitale du Nord-Kivu, province située à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le porte-parole des rebelles vient même de confirmer, à la télévision nationale congolaise, la prise de la totalité de la ville et exhorte les soldats de l’armée régulière à capituler.

Goma contrôlée par le M23. Notre source qui se trouve actuellement au Nord-Kivu est formelle : les mutins du Mouvement du 23 mars (M23) contrôlent toutes les positions stratégiques de Goma, capitale du Nord-Kivu, province située à l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC). Le quartier général des Forces armées de la République Démocratique du Congo (FARDC), l’aéroport et deux postes-frontières avec le Rwanda sont tombés sous l’emprise des rebelles, qui viennent de confirmer leur main-mise sur la ville à la télévision nationale congolaise.

« Le M23 confirme la prise de Goma. Il demande à la population de rester calme dans leur maison. Car, les derniers camps des FARDC vont être nettoyés par des tirs et bombardements », confie à Afrik.com un journaliste du Nord-Kivu joint par téléphone. Et d’ajouter : « les rebelles demandent aux soldats de l’armée congolaise de se rendre demain mercredi à 8h00 (heure locale, ndlr) au stade de Goma pour leur identification ».

La population fustige la Monusco

Les rebelles qui, selon notre source, se trouvent actuellement à la 8e région militaire de Goma, en centre-ville, ont par ailleurs précipité la fuite de la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) qui aurait fait évacuer son personnel vers Kempala, la capitale de l’Ouganda, pays voisin de la RDC.

D’après nos sources, « les gens ont fui hier (lundi), aujourd’hui ils restent cloitrés chez eux regardant de loin ce qui se passe ». « Ils ont peur et sont déçus par la Monusco qui leur avait promis de protéger la ville de Goma, qui renferme la plus grande base militaire de la province ».

Le Mouvement du 23 mars (M23) avait laissé 24 heures au gouvernement congolais pour « l’ouverture de négociations politiques directes et la démilitarisation totale de la ville et de l’aéroport de Goma ». Un ultimatum rejeté par Kinshasa, la capitale de la RDC, ce qui a poussé les mutins de reprendre les armes lundi après-midi pour attaquer à nouveau les FARDC qui viennent, donc, d’essuyer une défaite face aux rebelles qui contrôleraient depuis ce mardi toute la ville de Goma.