RDC : le M23 blesse 3 casques bleus par des tirs d’obus sur Goma

La guerre est enclenchée en République démocratique du Congo, avec une forte implication des casques bleus de l’Onu qui se battent aux côtés des Forces armées congolaises. Ce samedi, trois élément des Forces onusiennes ont été blessés par des tires d’obus.

Les combats entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 ont repris depuis jeudi, avec plusieurs obus lancés par la rébellion sur Goma, ville stratégique du nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC). Ces attaques ont fait quatre morts et des dizaines d’autres blessées.

Suite à ces attaques, les casques bleus ont pris positions et ont déclaré la guerre au M23. En effet, Martin Kobler, le chef de la Monusco, a ordonné à ses hommes de prendre toutes les actions nécessaires pour protéger la population de Goma. « J’ai donné l’ordre aux casques bleus de la Monusco de réagir et de procéder aux actions nécessaires pour protéger les civils et empêcher une progression du M23 », a confié le chef des casques bleus de la mission au Congo.
Ce samedi, trois casques bleus ont été blessés, par des obus tirés à partir des positions du mouvement rebelle M23. Ces projectiles sont tombés près des positions de la mission des Nations unies pour le Congo (Monusco), près de Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo. Ce qui a pour effet d’envenimer la situation, surtout les casques bleus ont davantage haussé le ton après avoir enregistré des victimes. « En aucun cas cet acte des éléments du M23 ne saurait être toléré, et toute attaque contre les populations civiles et les Nations unies constitue un crime de guerre », a réagi la Monusco.

Depuis jeudi, l’armée affronte la rébellion du M23 avec à ses côté l’appui de la Monusco qui assiste les Fardc avec toute la logistique nécessaire. Avec cette guerre qui a pris une nouvelle dimension, le pire est à craindre.