RDC : le cardinal Fridolin Ambongo s’indigne contre l’absence de l’autorité de l’Etat dans la province du Nord-Kivu

: Mgr Fridolin Ambongo lors de la 11ème Nuit des Témoins d'Aide à l'Église en Détresse à Paris par François-Régis Salefran

Après sa tournée de paix effectuée dans la province du Nord-Kivu, dans la partie Est du pays, le numéro 1 de l’église catholique congolaise alerte les médias sur un risque de balkanisation de la République Démocratique du Congo.

Au cours d’une conférence de presse tenue vendredi 3 janvier à Kinshasha, la capitale congolaise, le prélat catholique, Fridolin Ambongo, indique que des étrangers d’origine rwandaise et ougandaise sont en train d’occuper progressivement des maisons et champs abandonnés par la population locale qui fuit les guerres à répétition dans plusieurs territoires dont celui de Beni au  Nord-Kivu.

« Quand vous êtes sur le terrain, le constat montre très clairement que l’objectif de tous ces comportements c’est la balkanisation de notre pays. Cela se vérifie à travers le remplacement des populations déplacées par, généralement, des populations rwandophones ou ougandophones et ça se complique, parce que nous sommes à une frontière non pas du type naturel »

RDC : le cardinal Ambongo appelle les membres de la coalition au pouvoir à oublier leurs querelles pour servir le peuple

Par ailleurs, il alerte également la communauté sur la présence d’étrangers infiltrés dans l’armée congolaise. Cette situation étant, d’après lui, à la base de la persistance des guerres dans cette partie du pays. Le responsable de l’église catholique dit souhaiter que les autorités congolaises s’impliquent davantage avant que le pire n’arrive : « Il appartient aux autorités de Kinshasa de prendre en charge ce genre de questions (…) Donc le grand problème pour nous, c’est de renforcer les fonctions régaliennes pour pouvoir protéger nos frontières dans la partie Est », renchérit-il

Signalons que depuis plusieurs décennies, la province du Nord-Kivu fait face à un cycle infernal de guerres qui ont fait plusieurs morts dans cette partie de la République Démocratique du Congo.