RDC : la part de vérité de Vital Kamerhe

Vital Kamerhe

Ce vendredi 24 janvier 2020, jour anniversaire de l’installation au pouvoir de Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, son directeur de Cabinet, était sur les antennes de RFI. A l’occasion, il s’est prononcé sur l’actualité politique de son pays.

L’ancien président de l’Assemblée nationale et actuel directeur du Cabinet du président de la République s’est prononcé sur la sortie de la présidente de l’Assemblée nationale, Jeanine Mabunda, qui avait profité de la cérémonie de présentation de vœux, le mardi dernier, pour lancer des piques au Président Tshisekedi, quant aux propos tenus par ce dernier devant la diaspora congolaise à Londres deux jours plus tôt. Pour Vital Kamerhe, « la sortie de Madame Mabunda, c’est comme un cheveu sur la soupe (…). Elle a franchi, en tout cas, la ligne rouge ».

Selon le directeur du Cabinet du chef de l’Etat, la présidente de l’Assemblée nationale a outrepassé ses prérogatives. « En tant qu’ancien président de l’Assemblée nationale, je sais très bien que le message du président de la République, que ce soit officiel ou privé, n’appelle aucun débat ni commentaire à l’Assemblée nationale. Le président de l’Assemblée nationale est la personne la mieux indiquée pour faire respecter ceci », a-t-il affirmé.

En s’exprimant ainsi, Vital Kamerhe prend fait et cause pour le groupe parlementaire CACH qui avait, lui aussi, vertement critiqué la sortie de la présidente de la Chambre basse du Parlement. « Le groupe parlementaire Cap pour le changement (CACH) a suivi avec consternation les propos irresponsables, irrespectueux, inappropriés et outrageants à l’égard du chef de l’Etat », avait laissé entendre Tony Mwaba, rapporteur du groupe parlementaire CACH.

Interrogé sur une affaire de détournement de 15 millions de dollars dans lequel son nom a été cité, le directeur du Cabinet du président de la République balaie du revers de la main toutes les accusations portées contre lui et clame : « Je peux être tout sauf un voleur ».