RDC : La CPI met en garde les responsables politiques

Alors que la population de la République démocratique du Congo (RDC) attend les résultats des élections présidentielle et législatives de la semaine dernière, le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a prévenu mardi que toute explosion de violence liée aux élections fera l’objet d’une enquête et que les responsables seront poursuivis. « Alors que se déroule actuellement le processus électoral en République démocratique du Congo, je tiens à réitérer les propos que j’ai déjà tenus le 11 novembre : nous surveillons de près la situation sur place, et nous ne tolérerons aucun recours à la violence », a dit le Procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo. « J’ai également été informé d’actes de violence perpétrés à l’encontre de manifestants par des groupes armés apparemment associés à différents partis et responsables politiques », a dit M. Moreno-Ocampo. « Les dirigeants politiques de tous bords doivent comprendre ceci : mon Bureau surveille la situation en RDC de très près. Comme nous l’avons montré à la fois au Kenya et en Côte d’Ivoire, la planification et l’exécution d’attaques visant des civils à des fins électorales ne seront pas tolérées. Si vous êtes responsable de crimes relevant de la compétence de la CPI, la Cour est en mesure d’ouvrir une enquête et de vous traduire en justice, quel que soit le rang que vous occupez ou le parti politique auquel vous êtes affilié », a-t-il ajouté.

Il a prié instamment les dirigeants, commandants et responsables politiques, quel que soit leur camp, d’appeler leurs partisans au calme. « La violence électorale n’ouvre plus le chemin du pouvoir mais celui de La Haye. Soyez-en assurés », a-t-il conclu.