RDC : l’ONU tire la sonnette d’alarme sur la « catastrophe humanitaire » au Katanga

L’ONU s’est alarmée ce mercredi de la « catastrophe humanitaire » dans la riche région du Katanga, dans la République démocratique du Congo (RDC).

Martin Kobler, le chef de la Mission de l’ONU en République démocratique du Congo (MONUSCO), a tiré la sonnette d’alarme s’agissant de la situation humanitaire de la région du Katanga, dans le sud-est du pays. « C’est une catastrophe humanitaire. Je pense, avec un peu de mauvaise conscience, au Katanga. Parce que nous nous sommes concentrés dans nos activités militaires sur les Kivus, mais c’est important de ne pas négliger le Katanga », a-t-il déclaré déclaré à la presse à Kinshasa.

Le chef de la mission de l’ONU fait ainsi référence au basculement de l’essentiel des effectifs militaires de la MONUSCO sur les provinces du Nord et du Sud-Kivu, dans l’est de la RDC, qui a fait baisser la présence des Casques bleus dans les autres provinces du pays. Considérée comme la région la plus riche du pays, le Katanga regorge d’immenses ressources minières, en particulier le cuivre. La région est traversé depuis l’indépendance du pays, en 1960, par des mouvements sécessionnistes.

Depuis plus d’un an, en effet, des groupes armés maï-maï Bakata Katanga, font régner un climat de terreur dans cette zone de plusieurs milliers de kilomètres carrés baptisée « le triangle de la mort », dans le nord de la province. L’ONU rappelle que la situation dans cette zone reste particulièrement instable. Plusieurs dizaines de villages y ont encore été incendiés ces derniers jours, a indiqué le colonel Prosper Basse, porte-parole militaire de la MONUSCO.