RDC : l’ONU nie avoir abattu cinq civils dans le Kivu

L’ONU a nié ce mercredi avoir tué cinq civils lors d’une opération de ses Casques bleus lundi dans le Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo. Des accusations proférées par le gouverneur de la province.

L’ONU a-t-elle bien pilonné un village du Nord-Kivu et tué cinq civils ? En tous cas, elle a nié ce vendredi avoir abattu en effet cinq civils lors d’une opération de ses Casques bleus lundi au Nord-Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), rejetant des accusations du gouverneur de la province congolaise.

De son côté, le porte-parole de la Mission de l’ONU en RDC ( Monusco), Stéphane Dujarric, a affirmé que ces « accusations ne sont pas exactes. La cible était des combattants armés et l’opération a été conduite en conformité avec le mandat et les règles d’engagement de la Monusco ». D’après lui en effet, « une équipe composée de Casques bleus de la Monusco et de responsables locaux s’est rendue hier sur le terrain et a conclu qu’un combattant avait été tué ».

Tout a commencé jeudi lorsque le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku, a accusé aujourd’hui l’ONU d’avoir tué cinq civils lundi lors d’une attaque héliportée de Casques bleus contre des rebelles. « Je viens de recevoir une délégation qui s’est rendue dans la région de l’attaque et elle confirme que la Monusco Mission des Nations unies au Congo a pilonné un village composé essentiellement de civils, et que l’attaque a fait à la date d’aujourd’hui cinq civils tués », avait précisé Julien Paluku.

Des accusations qui embarrassent l’ONU. D’autant que sa force en RDC est par ailleurs régulièrement pointée du doigt par les populations de l’est du pays, qui estiment que la Monusco ne les protègent pas des exactions que les nombreux groupes armés de la province mènent à leur encontre. L’est de la RDC, dont le sous-sol est très riche, est miné par un conflit depuis une vingtaine d’année. De nombreux groupes armés y mènent régulièrement des atrocités de toutes sortes contre les populations, souvent livrées à elles-mêmes.