RDC : l’armée accusée d’avoir bombardé une partie du Rwanda

Armée RDC
Armée congolaise

L’armée rwandaise a accusé, ce lundi 23 mai, les Forces armées de la République Démocratique du Congo d’avoir bombardé des secteurs de la province du Nord, au Rwanda.

C’est dans un communiqué de presse rendu public sur la page Twitter des Forces de défense rwandaises que Kigali pointe les Forces de la République Démocratique du Congo dans le bombardement signalé dans certains secteurs de la Province du Nord. Selon ce document, le bombardement a eu lieu, ce lundi, «entre 09h59 et 10h20, un tir de roquette des FARDC a touché Kinigi et les secteurs de Nyange dans le district de Musanze qui borde également le secteur de Gahunga dans le district de Burera blessant plusieurs civils et endommageant des biens».

Parmi les dégâts causés par cet incident, les autorités rwandaises notent des blessés qui reçoivent des soins dans les structures sanitaires de la place. L’armée rwandaise dit avoir sollicité le mécanisme conjoint de vérification élargi pour enquêter sur ces bombardements transfrontaliers. «La situation dans cette zone est redevenue normale et la sécurité assurée», a déclaré le Colonel Ronald Rwivanga, porte-parole de l’armée rwandaise.

Cette accusation intervient alors que les affrontements ont repris, depuis le 19 mai, entre les Forces armées de la République Démocratique du Congo et les rebelles du Mouvement du 23 mars, dans le territoire de Rutshuru, dans la province du Nord-Kivu. Notons que ce n’est pas la première accusation entre les deux armées. En mars, l’armée congolaise a accusé celle rwandaise «d’avoir mené une attaque contre ses positions à Tchanzu et à Runyoni, deux localités de la province du Nord-Kivu».

A lire : RDC : le M23 accusé d’avoir attaqué des Casques bleus de l’ONU