RDC : Kyungu Mutanga alias « Gédéon », de chef de guerre à héros

En République démocratique du Congo, Kyungu Mutanga, alias « Gédéon », un chef de guerre condamné à mort pour crimes de guerre est réapparu libre à Lubumbashi, plus de cinq ans après son évasion de prison.

Plus de cinq ans après son évasion de prison en République démocratique du Congo, un chef de guerre condamné à mort pour crimes de guerre est réapparu libre, ce mardi 11 octobre 2016, dans l’après-midi, à Lubumbashi.

Il s’agit de Kyungu Mutanga, alias « Gédéon », qui est sorti de clandestinité à l’occasion d’une cérémonie officielle impromptue en son honneur devant quelques centaines de policiers et militaires et quelques dizaines de badauds à proximité de l’assemblée provinciale du Haut-Katanga.

Accusé d’être à la tête d’un groupe rebelle sécessionniste, « Bakata Katanga » ayant semé la terreur au Katanga ces dernières années, M. Kyungu Mutanda, arrivé à bord d’une jeep de l’armée, a été accueilli par des danses et des chants festifs interprétés par une fanfare. Le chef milicien est apparu barbu et chapeauté, arborant un tee-shirt à l’effigie du Président Joseph Kabila barré du slogan « Shikata », qui signifie « reste longtemps » en kiluba).

« J’avais reçu des armes en 1998 de feu Mzee Laurent Désiré Kabila pour barrer la route aux ennemis rwandais (…). Aujourd’hui, répondant à l’appel du Président Joseph Kabila, je suis venu déposer les armes (…). Nous voulons la paix. Je n’ai peur de personne, ni de la justice de mon pays », a-t-il déclaré en kiluba, la langue des Lubas, l’ethnie des Kabila.

Pour sa part, le général Philémon Yav, chef de la 22e région militaire, couvrant le Katanga, a indiqué que « l’ex-seigneur de guerre Gédéon a déposé les armes. C’est une victoire pour le peuple congolais », précisant que Kyungu Mutanga n’était ni détenu, ni en résidence surveillée.