RDC : Joseph Kabila, un « K » dans la Présidentielle

Le Président sortant de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila

Le Président rd-congolais, Joseph Kabila, qui a annoncé en août ne pas briguer un autre mandat présidentiel, pourrait bien être le premier chef d’Etat de la République Démocratique du Congo à quitter le pouvoir par les urnes. Sauf que le chef, en mettant sur orbite un dauphin pour lui succéder, demeure un cas dans cette élection.

Bien que n’étant pas candidat à sa propre succession, Joseph Kabila, 47 ans, est loin de songer à une retraite politique. Le chef d’Etat, en plus de garder la mainmise sur l’armée rd-congolaise, a déjà désigné un dauphin, l’ex-ministre de l’Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, qui a pour mission de remporter l’élection présidentielle qui se joue le dimanche 23 décembre 2018.

A l’issue de ce scrutin, si la RDC réussit une transmission pacifique du pouvoir, du fait que tous les prédécesseurs de Joseph Kabila ont été soit tués, soit renversés, ce serait une première. Et ce sera signé Joseph Kabila qui dit préférer attendre jusqu’en 2023 pour obtenir la réponse sur son avenir politique. Pourquoi cette date qui n’est pas fortuite.

Joseph Kabila a choisi, au mois d’août dernier, de ne pas briguer par la force un troisième mandat consécutif. Ce qui n’écarte pas en effet que le chef de l’Etat tente de reprendre les rennes du pays qu’il aura confiées à son dauphin, jusqu’en… 2023, année de la prochaine Présidentielle. Qui coïncide avec l’année choisie pour donner la réponse sur son avenir politique. Wait and see !

Toujours est-il , quelque quarante six millions d’électeurs seront appelés aux urnes. Au total, 21 candidats vont concourir, dont les opposants Félix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu, entre autres. La Cour constitutionnelle a rejeté la candidature de Jean-Pierre Bemba et Adolphe Muzitone. Quant à Moïse Katumbi, il a préféré ne pas déposer sa candidature.