RDC : Joseph Kabila président

La Cour suprême de justice a déclaré, lundi soir, à Kinshasa, que Joseph Kabila était élu président de la République Démocratique du Congo. Quelques minutes plus tôt, elle avait rejeté la requête du challenger vice-président Jean-Pierre Bemba, la jugeant « infondée ». Le candidat vaincu a exprimé sa déception, mais a promis de poursuivre son combat pour le changement dans le cadre républicain.

La Cour suprême de justice (CSG) a tranché. Lundi soir, dans une Kinshasa placée sous haute sécurité, elle a proclamé la victoire du président sortant Joseph Kabila pour le second tour de l’élection présidentielle du 29 octobre dernier. Elle le déclare « élu à la majorité absolue » et confirme ainsi les résultats de la Commission électorale indépendante, qui créditait Joseph Kabila de 58,05% des voix, contre 41,95% pour son challenger. Le chef de l’Etat, élu pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois, devrait prêter serment le 6 décembre.

Le camp Bemba débouté

Quelques minutes plus tôt, la CSJ avait jugé « infondée » la requête en huit points du leader du Mouvement de libération du Congo, qui dénonçait notamment une « falsification des résultats » et la masse des votes par dérogation, au nombre de 1,5 million. Pendant une heure, la CSJ, qui avait déjà rejeté la requête en annulation des résultats du deuxième tour, a donné les raisons de sa décision. Pour elle, le camp Bemba n’a pas apporté les preuves de ses accusations.

Dans un texte lu à la télévision ce mardi, Jean-Pierre Bemba a accepté le résultat des élections et s’est engagé à continuer son combat pour le changement « dans le cadre d’une opposition républicaine ». Il a confié éprouver « une grande déception et de la frustration par rapport à la manière dont la Cour suprême de justice (CSJ) a traité le contentieux électoral du deuxième tour de la présidentielle ». Pour lui, « ce procès n’a été ni équitable ni juste», mais il a promis, « devant Dieu, la Nation et l’Histoire », de respecter son verdict « au nom de l’intérêt supérieur de la Nation et dans le souci de préserver la paix et d’épargner au pays de sombrer dans le chaos et la violence ».

La trentaine d’avocats dont s’était doté Jean-Pierre Bemba n’y a donc rien fait. Joseph Kabila, au pouvoir depuis l’assassinat de son père en 2001, est le premier président de la IIIe république et le premier avoir été élu au suffrage universel direct. Dans la capitale Kinshasa, acquise au candidat malheureux, la liesse était mesurée. Dans l’Est du pays, où Joseph Kabila est très populaire, des manifestations de joie ont par endroit paralysé la circulation.

Une ancienne candidate « tabassée » et « incarcérée »

A Goma, toujours à l’Est, la joie a été brièvement manifestée. La population est en effet endeuillée par les combats qui opposent des soldats dissidents aux loyalistes à Sake, à une vingtaine de kilomètres de leur position. La Mission des Nations Unies en République Démocratique du Congo (RDC) explique avoir stoppé l’avancée vers Goma des rebelles, sur lesquels ils ont dû faire feu.

La famille de l’avocate Marie-Thérèse Nlandu regrette qu’à l’heure où la RDC « espère entrer dans l’Ere réelle de l’Etat de droit », cette candidate à la magistrature suprême ait été « tabassée », jeudi soir. Selon un communiqué qui nous est parvenu, elle rapporte que l’état de la militante des droits humains est « inquiétant » et dénonce une « incarcération arbitraire » dans des « conditions déplorables ». L’un des défis à relever pour Joseph Kabila sera de faire respecter les droits de l’homme.

Mise à jour: 20h50