RDC : heurts entre forces de l’ordre et Bundu Dia Mayala à Kinshasa

En République Démocratique du Congo, une opération des forces de l’ordre a lieu à Kinshasa. Des accrochages entre forces de sécurité et des membres du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala ont été signalés.

Regain de tension en RDC où une opération des forces de l’ordre a lieu à Kinshasa, entraînant des accrochages entre forces de sécurité et des membres du mouvement politico-religieux Bundu Dia Mayala, sur l’avenue Bosenge, direction Karthoum, commune de Ngiri-Ngiri où le député Ne Mwanda Nsemi aurait une maison en construction.

Selon la presse rd-congolaise, l’opération a été lancée, lundi 13 février 2017 au soir, contre la résidence du député Ne Mwanda Nsemi dans le quartier chic de Ma Campagne, commune de Ngaliema. Des témoins indiquent que deux personnes sont mortes dans ces heurts entre policiers et adeptes présumés du mouvement Bundu Dia Mayala, dirigé par Ne Mwanda Nsemi, dans la commune de Ngiri-Ngiri.

Certains soupçonnent cette descente musclée des forces de sécurité liée à deux vidéos circulant sur les réseaux sociaux, en fin de semaine dernière, montrant le député Ne Mwanda Nsemi lancer un ultimatum d’une semaine au Président Joseph Kabila pour quitter le pouvoir. Mieux, le chef aurait, devant ses militants, contesté les origines du chef de l’Etat congolais.

Depuis sa création, en 1986, la secte Bundu Dia Kongo (l’Union du peuple Kongo) devenue en 2009 Bundu Dia Mayala qui vise officiellement « la libération culturelle, spirituelle et matérielle de l’Afrique tout entière, la réhabilitation de la culture Kongo et celle de l’Afrique », est dirigée par
Ne Mwanda Nsemi.