RDC: gouvernement et rebelles ouvrent un troisième round de négociations

Une nouvelle session de discussions directes entre le Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) et le gouvernement congolais a débuté ce mercredi à Nairobi. Benjamin Mkapa, l’ancien président tanzanien qui joue le rôle de médiateur, appelle les deux parties à un accord de cessez-le-feu. Cette rencontre devrait également étudier la possibilité de la tenue d’un sommet régional de chefs d’Etat sur le conflit dans l’est de la RDC d’ici la mi-janvier.

Cet essai sera-t-il le bon ? Il est toujours permis d’espérer. Après deux rencontres soldées par un échec, les représentants du gouvernement congolais et ceux du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) de Laurent Nkunda vont tenter, une nouvelle fois, de se mettre d’accord pour arrêter le conflit qui les oppose dans l’est du pays. Ils sont retournés autour de la table de négociation, ce mercredi à Nairobi, la capitale Kenyane, alors qu’un combat interne de chefs secoue le CNDP.

« Alléger les souffrances humaines »

« Il sera crucial pour vous, durant cette session, de parvenir à un protocole d’accord pour une cessation formelle et commune des hostilités, ou une trêve, afin d’alléger les souffrances humaines qui se poursuivent », a indiqué, aux deux parties, Benjamin Mkapa, l’ancien président tanzanien et médiateur de l’Onu, à l’ouverture de cette rencontre. M. Mkapa a ajouté que cette troisième table-ronde devrait également permettre de préparer un sommet régional de chefs d’Etat sur le conflit dans l’est de la RDC. Son homologue nigérian, Oluségun Obasanjo, envoyé spécial de l’Onu en RDC, dont l’impartialité a été, entre temps, remise en cause par le camp des rebelles, mènerait actuellement des consultations à cet effet. Ce qui expliquerait son absence à Nairobi.

En décembre dernier, la deuxième phase des discussions dans la capitale kényane a été suspendue après le refus du CNDP de conclure avec les forces gouvernementales un protocole d’accord de cessez-le-feu. Les rebelles exigeaient, entre autres, que les discussions portent sur les problèmes à l’échelle de tout le pays et pas seulement sur le conflit en cours et la situation humanitaire dans l’est de la RDC.

Ce mercredi, Benjamin Mkapa a invité les représentants des deux camps à faire preuve de bonne volonté, pour un dialogue ouvert pouvant aboutir à un compromis durable.

Lire aussi :

 RDC : négociations tendus entre le gouvernement et la rébellion

 RDC : gouvernement et rebelles autour de la table de négociations

 RDC : vers un dialogue entre gouvernement et rebelles