RDC, Crise sécuritaire à l’Est : le diagnostic du Docteur Denis Mukwege

Docteur Denis Mukwege

Dans la soirée d’hier mardi, le gynécologue congolais, le Docteur Denis Mukwege, Prix Nobel de la Paix 2018, a fait le bilan de la situation de son pays. Au cœur de son intervention, la crise sécuritaire dans l’Est du pays.

Le 10 décembre 2018, « l’homme qui répare les femmes », Denis Mukwege, recevait le Prix Nobel de la Paix en duo avec l’Irakienne Nadia Murad, pour leurs actions en vue de mettre fin à la violence sexuelle comme arme de guerre. A cette occasion, le célèbre médecin et militant des droits humains s’exprimait en ces termes : « Le prix Nobel de la Paix qui nous est décerné aujourd’hui n’aura de valeur réelle que s’il peut changer concrètement la vie des victimes de violences sexuelles de par le monde et contribuer à ramener la paix dans nos pays ».

Un an, jour pour jour, après qu’il ait tenu ce mémorable discours, Denis Mukwege a décidé d’évaluer les avancées observées dans son pays depuis lors. Il s’est notamment penché sur la question de l’insécurité galopante dans l’Est de la RDC. « Au niveau de la République Démocratique du Congo (RDC), nous n’avons pas encore observé les dividendes du Prix Nobel de la Paix. La situation sécuritaire se dégrade dans l’Est du pays, en Ituri, dans les Kivus, mais aussi au Maniema. Les massacres se poursuivent chaque jour comme de simples faits divers », s’est désolé le premier Prix Nobel de la Paix congolais.

Aussi, a-t-il lancé un appel tant aux autorités congolaises qu’à la communauté internationale pour que des actions concrètes soient menées en vue du retour de la paix non seulement dans la région, mais également sur tout le continent.