RDC, Attaques de Kabila : l’Eglise et l’ONU répliquent

Visées dans le discours du chef de l’Etat de la RDC, les autorités catholiques, ainsi que la MONUSCO, ont tenu à apporter la réplique au Président Joseph Kabila.

En République Démocratique du Congo, la tension est montée d’un cran avec la sortie, ce vendredi 26 janvier 2018, du Président Joseph Kabila, qui s’en est pris à l’Eglise et à la mission de l’ONU dans ce pays d’Afrique Centrale. Quelques heures plus tard, la réplique aux piques est tombée, hier vendredi, en début de soirée.

« Le pape Benoît XVI disait que l’Eglise doit être présente là où la population souffre. C’est le cas en RDC. Et c’est la crise socio-politique qui a accentué cette souffrance, donc c’est tout à fait normal que les évêques travaillent pour la consolidation de la démocratie », a indiqué la conférence épiscopale congolaise, par la voix de Donatien Nshole, porte-parole de la Cenco, insistant que l’Eglise a, au contraire, l’obligation de prendre position. Cette sortie est en réponse aux piques de Joseph Kabila, soulignant que « nulle part, dans la Bible, Jésus-Christ n’a jamais présidé une commission électorale (…). Elle n’a pas à se mêler du processus électoral ».

Si Kinshasa reproche à la mission onusienne de violer le Sofa, l’accord signé entre l’ONU et son gouvernement, et de mener des actions sans consultation, côté onusien, on parle d’entraves quasi-quotidiennes des autorités et partout à travers le pays, comme récemment encore, les drones de la mission qui ont été cloués au sol pour un vol de nuit qui n’aurait pas été signalé, note RFI.

« C’est surtout que chaque fois qu’on dénonce quoique ce soit, le ton monte et ce n’est pas nouveau, les relations sont mauvaises depuis la chute du M23 (…). Mais pour vaincre cette rébellion, les Casques bleus ont aidé », se défend la MONUSCO, apportant la réplique à Kabila qui a martelé : « On a toujours posé la question à nos amis de la MONUSCO : « citez-nous un seul groupe que vous avez réussi à maîtriser, à éradiquer, puisque c’est ça le mot ? » Aucun. ».

La MONUSCO révèle avoir même assuré un soutien logistique à hauteur de 7% du budget des élections en 2011, alors que Kabila lui reproche de n’avoir soutenu ni en 2011, ni aujourd’hui, les scrutins en RDC. L’ONU confie par ailleurs avoir déjà convoyé 4000 tonnes de matériel électoral et a transmis, tel que requis, à la Commission électorale son plan d’appui logistique.