RDC : après six heures d’audience, Vital Kamerhe placé sous mandat de dépôt

Vital Kamerhe

Convoqué pour la deuxième fois au parquet de Kinshasa, Vital Kamerhe s’est présenté devant le procureur général, ce mercredi. A la fin de l’audition, le président de l’UNC sera privé de sa liberté d’aller et venir.

Son audition au parquet général de Kinshasa-Matete aura duré environ 6 tours d’horloge au bout desquels, Vital Kamerhe, le directeur de Cabinet du Président Félix Tshisekedi sera mis aux arrêts. Commencée à 13 heures, l’audition prit fin peu avant 18 heures où le président de l’UNC reçut la notification de son arrestation provisoire. Du parquet, il est donc directement conduit à la prison centrale de Makala. De ladite prison, Vital Kamerhe attendra un procès au bout duquel il peut écoper d’une peine lourde de 20 ans.

En effet, après avoir boycotté la première convocation, le directeur de Cabinet du Président Félix Tshisekedi répondait, ce jour, à la deuxième convocation à lui adressée par le procureur du parquet général de Matete, dans le cadre de l’enquête sur le détournement des fonds affectés au programme d’urgence des 100 premiers jours du Président Félix Tshisekedi au pouvoir. Principal gestionnaire du programme, Vital Kamerhe passe donc pour un personnage-clé dans cette enquête d’autant plus que son nom a été cité à plusieurs reprises. C’est à titre de renseignant dans ce dossier qu’il a été convoqué au parquet d’où il ne ressortira pas libre. « Tout au long de l’audition, il n’a pas fourni des preuves suffisantes et n’a pas convaincu les auditeurs », indique RFI qui rapporte les propos d’une source judiciaire.

L’ambiance devant le parquet général de Kinshasa-Matete, ce jour, était tout sauf celle d’une période de crise sanitaire où des rassemblements de plus de 20 personnes sont interdits et où une distance d’au moins un mètre est imposée entre les personnes. Une foule immense, apparemment composée de militants de l’UNC, le parti de Vital Kamerhe, mais aussi de ceux de l’UDPC du Président Tshisekedi, se bousculait, laissant à peine le passage à Vital Kamerhe qui se rendait au parquet.
Du côté de l’UNC, ce feuilleton judiciaire cache une théorie du complot visant à écarter son leader qui était donné pour dauphin de Félix Tshisekedi en 2023, aux termes des Accords de Nairobi.

A lire : RDC : Vital Kamerhe a boycotté la convocation du parquet de Kinshasa-Matete