RDC : 44 morts dans les puits du Kasaï Oriental en 1 an

Depuis 2011, 44 personnes ont perdu la vie dans des puits creusés par les exploitants artisanaux, à la recherche de diamant dans les parcelles résidentielles à la cité minière de Tshishimbi, chef-lieu du territoire de Lupatapata, dans la province du Kasaï Oriental (centre-est de la RDC). Mardi, Philippe Augustin Mbuyi Tshitende, président de la Coordination de la Société civile de Lupatapata, a fait savoir que la plupart des victimes sont tombées par accident dans ces puits de 30 à 40 mètres de profondeur. Ce dernier a exprimé des inquiétudes sur la propension de cette pratique, face à l’avenir de la cité minière de Tshishimbi, exposée au danger des puits et autres galeries souterraines d’exploitation de diamant dans les parcelles résidentielles, avant de lancer un SOS aux autorités compétentes en vue de mettre fin à cette pratique, qui constitue un danger pour le tissu écologique de la ville, à cause surtout de la présence de nombreux ravins. Dans cette cité située à quelques 15 km de Mbuji-Mayi, chef-lieu de la province du Kasaï Oriental, plus de 1000 puits creusés par les exploitants artisanaux à la recherche de diamant ont été répertoriés selon Mr Philippe Augustin Mbuyi Tshitende.
Il s’agirait d’une population démunie à la recherche des moyens pour la subsistance de leurs familles, d’après les chefs des villages, qui eux même exigent un pourcentage du fruit de ce travail de destruction.