RDC : 36 morts et 170 blessés dans des manifestations anti-ONU

Des manifestants anti-ONU à Goma
Des manifestants anti-ONU à Goma

Au moins 36 personnes ont été tuées et près de 170 autres blessées, suite aux violentes manifestations anti-ONU en République Démocratique du Congo. Les populations exigent le départ des soldats de la mission onusienne dont elles jugent l’action contre les groupes armés inefficace.

Les incidents entre les Casques bleus de l’ONU et les manifestants opposés à la présence onusienne dans l’Est de la République démocratique du Congo ont pris des proportions dangereuses. C’est ce qui ressort d’une réunion initiée par le Président Félix Tshisekedi avec des membres de son gouvernement de retour d’une mission dans l’Est. Ces travaux auxquels ont pris part le président de l’Assemblée nationale, celui du sénat ainsi que le Premier ministre, ont conclu à un bilan de 36 morts.

Le ministre porte-parole du gouvernement rd-congolais, Patrick Muyaya, a détaillé, ce mardi, qu’il y a eu «13 morts à Goma, 13 morts à Butembo dont 4 Casques bleus, 4 morts à Uvira, 3 morts à Kanyabayonga et 3 morts à Kasindi». Dans son compte-rendu de la réunion, le ministre porte-parole précise qu’à ces personnes décédées, «s’ajoutent près de 170 blessés dénombrés». Il a été ainsi décidé, indique-t-il, une réévaluation du plan de retrait de la MONUSCO du territoire rd-congolais.

Lire : Manifestations anti-ONU en RDC : Félix Tshisekedi dénonce une désinformation

Le Président de la RDC, Félix Tshisekedi, a déclaré avoir insisté auprès du Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, de la nécessité du retrait des rebelles du M23 de toutes les localités actuellement occupées dans la province du Nord-Kivu pour espérer faire baisser de la tension dans la région. Le compte-rendu du gouvernement indique que M. Tshisekedi a fait part au chef de l’ONU de sa «totale désapprobation du comportement des Casques bleus à la base de ces incidents».

Le dirigeant a insisté, au cours de l’entretien avec M. Guterres, de «la nécessité de s’assurer que les coupables soient sévèrement sanctionnés». Pour sa part, Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint de l’ONU en séjour en RDC, a déclaré, lundi, que «le meilleur service que nous puissions rendre à tous ceux qui ont perdu la vie, c’est de redoubler d’efforts et le faire de manière à ce que ces épisodes de violences ne se reproduisent plus».

Lire : RDC : ce que l’on sait du passage en force des soldats de l’ONU ayant fait 2 morts