RDC : ce que l’on sait du passage en force des soldats de l’ONU ayant fait 2 morts

Un convoi de la MONUSCO
Un convoi de la MONUSCO

Au moins deux personnes ont été tuées et quatorze autres blessées, ce dimanche 31 juillet 2022, lors de tirs de Casques bleus à un poste-frontière, dans l’Est de la RDC. La MONUSCO s’est dite «profondément choquée et consternée par ce grave incident».

Un convoi de Casques bleus de l’ONU empêché de franchir un poste de contrôle frontalier avec l’Ouganda, dans l’Est de la République Démocratique du Congo, a ouvert le feu et forcé le passage. Lors des incidents, deux personnes ont été tuées et quatorze autres blessées, a indiqué VOA. Une vidéo partagée sur les réseaux sociaux et devenue virale donne une idée des incidents, puisque l’homme qui a tenté de filmer s’est blotti derrière un arbre pour éviter d’être atteint par les tirs.

Après un échange verbal, les Casques bleus ont tiré des coups de feu avant de franchir le poste-frontière. Barthélemy Kambale Siva, fonctionnaire délégué du gouverneur du Nord-Kivu à Kasindi, a confié à l’AFP que «huit personnes, dont deux policiers qui étaient commis à la barrière, ont été grièvement blessés». Un bilan qui s’est alourdi à 2 morts et 14 blessés. Aucune information n’a été donnée sur les raisons pour lesquelles le convoi a été empêché de franchir la barrière et pourquoi les soldats ont ouvert le feu.

La cheffe de la MONUSCO, Bintou Keita, s’est dite «profondément choquée et consternée par ce grave incident». Lequel intervient après une semaine très mouvementée dans la région. En effet, une vingtaine de personnes, dont trois Casques bleus, ont perdu la vie dans de violentes manifestations anti-MONUSCO. Samedi, Jean Pierre Lacroix, chef du département de paix de l’ONU, a appelé à un «retour de l’autorité de l’État, pour que la MONUSCO puisse terminer sa mission le plus vite possible».

Lire : Dix morts dont trois Casques bleus dans des violences en RDC