RDC : 13 civils massacrés

Les Forces armées de la RDC

Avec des corps retrouvés seulement samedi 22 août, le bilan de l’attaque qui a eu lieu jeudi, en RDC, est estimé à vingt personnes tuées dont treize civils.

En République Démocratique du Congo (RDC), un nouveau massacre a eu lieu, jeudi 20 août, sur le territoire de Béni, dans l’est du pays. Le groupe armé des ADF a tué 13 civils qui travaillaient dans un champ, dans la localité de Matiba. Et la liste des tués est estimée à 20 au total.

Certains corps n’ont été retrouvés que le samedi 22 août 2020. Kizito Bin Hangi, président de la société civile de Béni, s’inquiète de l’augmentation des attaques contre les civils et dénonce le manque de mobilisation du chef de l’État à ce sujet, rapporte RFI.

Depuis novembre dernier, sur les mêmes lieux, environ deux cents personnes ont été tuées, sans qu’on ne sache exactement qui étaient les auteurs. Mais, encore une fois, ce sont les ADF, des rebelles ougandais d’obédience islamiste, dont on dit qu’ils maitrisent parfaitement la zone, qui sont indexés. Ils sont quasi insaisissables et tuent depuis cinq ans maintenant, sans revendiquer la moindre action.

L’armée congolaise, considérée comme impuissante face à ces attaques répétées, essuie régulièrement les critiques de la société civile et des populations. D’ailleurs, cette même armée avait tenu à faire une présentation de plusieurs prisonniers qu’ils soupçonnaient de faire partie de ces groupes armés.

« On a une idée exacte des tueurs », disait Leon Richard Kasonga, un haut responsable de l’armée congolaise. Ce qui n’empêche que les massacres se poursuivent. En attendant qu’une solution définitive soit trouvée.