RD Congo : la condamnation de Sindika Dokolo est une décision politique de Kabila


Lecture 2 min.
Sindika Dokolo
Sindika Dokolo

Sindika Dokolo opposant à Kabila et époux d’Isabel dos Santos, fille du président angolais, a été condamné à un an de prison pour une affaire immobilière en RD Congo. Une condamnation purement politique déclare t-il, accusant Kabila de se servir de la justice pour étouffer les voix discordantes.

Sindika Dokolo, beau-fils congolais du président angolais Jose dos Santos, et son frère Luzolo Dokolo, ont été condamnés un an de prison pour faux et usage de faux en République démocratique du Congo. L’homme d’affaires et collectionneur d’art qui est marié à Isabel dos Santos, que l’on surnomme la femme la plus riche d’Afrique, a été emprisonnée par contumace pour fraude immobilière mercredi et il a aussi écopé d’une amende de 15 000 dollars, un montant dérisoire pour un homme ayant sa fortune, ce qu’il met lui même en avant en rappelant qu’il vient d’inaugurer une usine de 400 M$ !

Sindika Dokolo, connu comme un opposant critique du président Joseph Kabila et partisan de son parti rival, Moïse Katumbi dont la « Vision » et le « projet de société » lui semblent « très pertinents » accuse le pouvoir d’avoir organisé cette condamnation. Il a déclaré à l’Agence Reuters jeudi, qu’il dénonçait le verdict prononcé par un tribunal de la capitale Kinshasa, considérant qu’il s’agissait d’une décision politique. « On n’essaie même plus de sauver les apparences… j’ai l’impression que monsieur Kabila a pris exemple sur son voisin monsieur Nkurunziza, dans le cadre de sa stratégie de rester au pouvoir éternellement. Comme ma Constitution m’y invite, j’ai décidé de faire ce que je pouvais pour lui faire barrage…  » a déclaré Sindika Dokolo interrogé par RFI. : « Ce qui me choque beaucoup, c’est que j’ai l’impression que l’on a franchi une nouvelle étape dans la culture politique en RDC (..) Il semble que Kabila et le service de renseignement ne soient plus préoccupés par les apparences« , a-t-il ajouté.

L’homme d’affaires a également déclaré qu’il avait déjà été acquitté dans une situation identique

Contacté par RFI, le ministre de la Justice de RDC, Alexis Thambwe Mwamba, n’a pas souhaité commenter une affaire qu’il considère comme « purement privée » et les autorités congolaises ont rejeté à plusieurs reprises les accusations selon lesquelles le système de justice du Congo viserai les partisans des adversaires du président Kabila.

Sindika Dokolo, antiquaire réputé, avait aussi fait parlé de lui en réclamant le retour des biens culturels africain

Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter