Radio Mampita

Faire de l’auditeur le principal animateur, cette originalité paie. En 6 ans, Radio Mampita est devenue l’outil d’échange et de communication des associations paysannes de la zone. Fianarantsoa, à 400 km de la capitale malgache, se situe au milieu de collines vertes, d’innombrables rizières et d’un important vignoble. Grâce à cette station fondée sur le concept de la communication participative, la vie de la population rurale s’améliore. Ils connaissent désormais leurs droits et devoirs.

Un reportage de Leslie Bastien et Matthias Balagny d’Echo des Ondes Libres, le site des radios communautaires francophones.

Trente-cinq correspondants, pas de vraie grille de programmes, Radio Mampita improvise. Dans chaque commune rurale ou quartier, des « représentants » recueillent des informations. Chaque jour entre 6h30 et 7h, à l’heure du journal parlé, les habitants de la zone sont branchés sur leur radio préférée. Dans la journée, des émissions dans le domaine de l’agriculture, l’environnement et la culture informent. Santé, besoins des paysans, jeunesse et éducation, musique, femmes, commerce, sécurité rurale, échanges agraires, protection de l’environnement… de larges thèmes sont définis. De nombreux programmes permettent ainsi des échanges entre techniciens et paysans. L’objectif visé est la prise de conscience des auditeurs de l’amélioration de leurs conditions de travail grâce à la communication.

La Coopération suisse, épaulée par l’Association des paysans de la zone rurale de Fianarantsoa, est à l’origine de la création de Radio Mampita. Dans le cadre de son programme d’appui à la communication (PACOM), 33 communes et 320 associations paysannes ont suivi une campagne de sensibilisation et participé à la création du média. Dès décembre 1997, la radio produit ses premières émissions. Avant ce jour, les communes rurales ne disposaient pas de moyens de communication, les possibilités d’échanges étaient limitées localement et l’accès aux moyens de diffusion de leurs messages demeurait quasiment inexistant.

Un correspondant dans chaque village

Ainsi, l’originalité de Radio Mampita réside dans sa structure issue d’une participation véritablement communautaire. Aujourd’hui, 210 groupements de paysans sont membres de la radio. Ils payent leurs cotisations, élisent les membres du conseil d’administration (CA) et participent au réseau de correspondants. L’opération de sensibilisation menée par le PACOM, qui souhaitait susciter l’intérêt des associations paysannes, a ainsi parfaitement fonctionné.

Dans chaque village, des boîtes aux lettres recueillent l’avis des auditeurs. Les animateurs collectent les réactions des paysans dans leurs champs et adaptent ainsi la grille à leurs besoins. Chaque lundi, ils déterminent lors d’une conférence de rédaction les émissions à diffuser dans la semaine. Chaque mois, une réunion de planification et d’évaluation des activités est tenue. Les employés de la radio, les membres du CA, les bénévoles et les correspondants y participent. La radio est chapotée par un conseil d’administration composé de 7 personnes choisies parmi les associations paysannes. Le CA se réunit 3 fois par an et décide du recrutement du personnel de la radio. Aujourd’hui, Radio Mampita compte 7 salariés, 4 bénévoles et 35 correspondants dans 33 villages.

Cette année le budget radio avoisine les 26 000 €. Trente pour cent des ressources proviennent des associations paysannes, 30 % des services de la radio, et 40 % de la coopération suisse (qui a également fourni tout le matériel). Les dépenses se résument aux salaires, aux charges sociales des agents permanents, aux indemnités des agents, correspondants et membres du CA, à l’entretien, la maintenance du matériel ainsi qu’aux transports, aux déplacements et à l’achat de fournitures.

Des nouveaux comportements

Les habitants des campagnes, autrefois effrayés par le micro, ont réellement compris l’intérêt de la radio. Le vol de zébus n’est plus un fléau dans la région. Depuis que la station diffuse les annonces de pertes, 95% du bétail volé est retrouvé. Grâce aux échanges d’informations entre paysans et spécialistes, les techniques agricoles ont été améliorées et les productions ont augmenté. Lors d’un décès, tout le village participe désormais aux frais des funérailles. A en croire les préférences des auditeurs en matière de programmes (la législation sur la propriété de terres, et bien sûr les avis et communiqués) les mentalités évoluent. Six ans après la création de cette radio, un véritable réseau de contacts et d’échanges de compétences fonctionne dans la capitale agricole du pays.

1- Les services de la radio : Annonces (0.76 €/diffusion, 0.38€ pour un décès), vente de tranches horaires (ONG et projets de développement), production de programmes (1h = 91€ pour la production dont 30 % vont au producteur, 1h = 45€ pour la diffusion), dédicaces (1,5 à 2.2€), publicités, opérations spéciales.


Pour contacter Radio Mampita :
Association Rurale MAMPITA
Lot D12/3601 – BP 1228 – Ampasambazaha
Fianarantsoa 301
MADAGASCAR
Téléphone: (00 261) 20 75 518 71
Fax: (00 261) 20 75 504 98
Courriel: mampita@dts.mg

Radio Mampita est l’une des 3 radios installées par la Coopération Suisse par le biais du PACOM (Radio Magnabe dans la région Ouest, Radio Tia dans la région de la capitale et Radio Mampita à Fianarantsoa). Ces trois radios ont créé un réseau des radios associatives rurales pour renforcer leur collaboration et défendre leurs intérêts.