Qui était le Kényan Akuku, l’homme aux 130 épouses et 300 enfants

Décédé à l’âge de 94 ans, début octobre 2015, Akuku est une véritable légende au Kenya. Marié 130 fois, il a eu 300 enfants de ses différentes femmes ! Mais au délà d’être un père responsable d’une famille gigantesque, c’était aussi un grand entrepreneur, très respecté dans son pays, qui gardait un œil bienveillant sur chacune de ses progénitures qu’il a toujours protégée.

Il fait partie de ces personnes au destin extraordinaire ! Akuku, décédé à l’âge de 94 ans, début octobre, va sans doute manquer aux Kényans. C’est en effet une véritable légende dans le pays pour s’être marié 130 fois et avoir eu près de 300 enfants avec ses différentes femmes ! Il a d’ailleurs dû enterrer plus d’une trentaine de ses épouses et 55 enfants qui sont décédés avant lui. L’homme connu aussi pour son humour succulent, bien épicé, aimait dire : « On m’appelle Danger car je fais peur aux hommes. Aucune femme ne peut me résister. J’ai toujours été beau garçon, su m’habiller et parler aux dames. Je suis magnétique ! ». Akuku, qui a divorcé de 85 de ses épouses pour infidélité, était aussi connu pour être intraitable : « Je ne peux pas tolérer de leur part une conduite à risque, c’est ma vie qu’elles mettent en péril! En ces temps de sida, je me dois d’être très strict sur le comportement de chacune ».

La véritable légende d’Akuku débute en 1939, date à laquelle il prend une première épouse dans son village du district de Ndhiwa, à 370 kilomètres à l’ouest de Nairobi, près du lac Victoria. Puis, il décide de prendre une deuxième épouse, puis une troisième et ainsi de suite jusqu’en… 1997, où sa dernière élue a 18 ans, alors même que la polygamie n’est pas admise au Kenya, mais tolérée dans le cadre des tribus et des lois coutumières.

Entrepreneur hors pair !

Akuku n’était pas qu’un père de famille aux 300 enfants. Bien qu’il n’ait pas effectué des études, il s’est révélé être un entrepreneur très fin et stratège qui a rapidement su se créer un véritable empire. Pour pouvoir nourrir toutes ses progénitures, il crée sa propre société de transport en minibus, puis achète des terres et du bétail dont il fait du commerce. Ses affaires se fructifient très vite et son nom est peu à peu connu de tout le Kenya. Akuku tire aussi profit du mariage de ses filles en réclamant des dots très élevés. Le père de famille garde notamment un œil très minutieux sur l’éducation de ses enfants, qu’il surveille de près et protège. Il connaît le prénom de chacun d’entre eux et peut également donner celui de leur mère.

Ses enfants s’en sont sortis pour la plupart, puisque l’un de ses fils est médecin, un autre policier et beaucoup d’autres ont ouvert des petits commerces dans la région. Jusqu’à la fin de sa vie, Akuku a été courtisé par les plus hautes personnalités du pays, qui connaissaient son influence, notamment à cause du poids prépondérant de sa famille. La presse internationale a également effectué de nombreux reportages sur sa vie. Son destin extraordinaire fascinera encore de nombreuses générations au Kenya, rappelant qu’il fut un temps en Afrique, où plus on avait d’enfants plus on était riche.