Qui est ce suspect de génocide au Rwanda arrêté aux Pays-Bas

Le suspect de génocide au Rwanda, Charles Ndereyehe, a été arrêté par la police, à son domicile, près de la capitale néerlandaise, Amsterdam, a annoncé son parti politique. Le gouvernement rwandais avait émis, en 2010, un mandat d’arrêt international contre M. Ndereyehe, pour avoir organisé des meurtres lors du génocide de 1994, dans le pays.

Charles NdereyeheCharles Ndereyehe est né en 1949 dans la commune de Cyabingo, dans l’ancienne préfecture de Ruhengeri, dans l’actuel district de Gakenke. En 1992, avec d’autres négationnistes du génocide, dont Ferdinand Nahimana, Eugène Rwamucyo, le Dr Jean-Berchmas Nshimyumuremyi et d’autres, Ndereyehe a créé et dirigé un groupe extrémiste appelé « Cercles des Républicains Progressistes » qui a incité les étudiants à planifier un génocide à l’Université de Nyakinama et Butare.

Au début, Charles Ndereyehe était un membre de MRND, un parti politique largement responsable de la planification et de l’exécution du génocide de 1994 contre les Tutsi. Mais, en 1992, il l’a quitté pour participer à la création d’un autre parti extrémiste hutu, Coalition pour la Défense de la République (CDR), qui a également participé massivement au génocide contre les Tutsi, en 1994.

Il y a 26 ans, Ndereyehe était à la tête de l’ISAR, l’Institut agricole national du district de Huye, et a joué un rôle clé dans le massacre perpétré sur place. Selon le CNLG, Ndereyehe a commencé la planification du génocide avant d’être envoyé à l’ISAR. Avant son déploiement à l’ISAR, il était en charge du projet de développement agricole et d’élevage à Gikongoro (PDAG). À l’époque, il aurait été l’un des fonctionnaires ayant formé la milice Interahamwe à Gikongoro, avec le capitaine Faustin Sebuhura, commandant adjoint de la gendarmerie de Gikongoro.

Charles NdereyeheNdereyehe a quitté le Rwanda, en 1994, pour se réfugier dans le Zaïre d’alors (aujourd’hui RD Congo), le 3 avril 1995, où il a participé à la création d’un groupe politique et militaire extrémiste appelé RDR fondé sur l’idéologie du génocide. Selon la CNLG (Commission Nationale de Lutte contre le Génocide , en plus de diriger le génocide, Ndereyehe est un fervent négateur du génocide contre les Tutsi et encourage ouvertement les autres à le nier, surtout en Europe où il vit.

« Il a été arrêté. Il a été emmené de sa maison où il vit avec sa femme », a déclaré à la BBC le chef du parti d’opposition étranger FDU-Inkingi, Justin Bahunga. « Lors de son arrestation, la police lui a dit qu’il avait été demandé par le gouvernement rwandais. C’est ce que nous savons », a ajouté M. Bahunga. La Commission rwandaise de Lutte contre le Génocide avait tweeté, en demandant aux Pays-Bas «d’extrader d’urgence M. Ndereyehe vers le Rwanda». La police rwandaise n’a pas encore commenté l’arrestation.

En 2016, les Pays-Bas ont extradé vers le Rwanda Jean Baptiste Mugimba et Jean Claude Iyamuremye, accusés d’avoir joué un rôle dans le génocide.