Quelles libertés après le printemps arabe ?

Les travaux de la cinquième édition de l’Université d’été francophone « Afrique & Liberté » Quelles libertés après le printemps arabe ?, organisée par UnMondeLibre avec la généreuse participation de la Fondation Atlas Smith et la fondation Smith se sont achevés le 15 septembre dernier à Dayet Roumi Resort.

Cette cinquième édition s’est distinguée cette année par la participation d’un orateur d’exception : le Professeur Mamadou Koulibaly, Ancien président de l’Assemblé Nationale Ivoirienne et président du think tank Audace Institut Afrique.

Ils ont débattu avec des participants venus d’horizons et de cultures différents (Tunisie, Maroc, Cameroun, Côte d’Ivoire, Mali, etc.) sur les thèmes de la liberté et du développement :

1. Comprendre les fondements de la liberté et son rôle dans une approche institutionnelle de développement.

2. Expliquer les origines économiques du printemps arabe

3. Proposer des modèles politiques et économiques pour des sociétés et des économies arabes libres

Des sujets qui ont beaucoup suscité l’intérêt des participants, donnant lieu à des débats très riches et constructifs se traduisant par plusieurs recommandations, notamment :

– Mettre la réforme des institutions et la promotion de la liberté au cœur de tout processus de réforme

– Adopter une approche de développement par le bas où l’individu et la société civile constituent le moteur du développement

– Sortir les économies arabes de la logique de rente via la promotion des institutions de l’état de droit pour une économie de marché juste et efficace

– Mettre en place le régime parlementaire comme la meilleure alternative pour asseoir la démocratie de manière durable dans les pays africains

– S’inscrire dans la logique d’ouverture et de liberté économique pour profiter des opportunités de la mondialisation

– Réhabiliter la conception originelle de l’Islam compatible avec l’économie de marché en changeant le cadre institutionnel favorable à la liberté économique.

A tous point de vues, la cinquième université d’été francophone « Afrique & Liberté » a été un succès tant sur plan de la diversité des participants et la qualité des intervenants que sur la couverture médiatique. L’idée de consacrer cette année une grande partie des travaux au printemps arabe a été beaucoup appréciée par les participants qui, au-delà de l’assimilation des principes de liberté et de responsabilité, ont pu plancher sur les problèmes pratiques que posent le développement et la réforme dans les pays arabes et, par extension, les pays africains. Une satisfaction pour l’équipe organisatrice du projet UnMondeLibre qui s’est déjà mise à réfléchir au sujet de l’organisation de la cinquième édition de son université francophone au Maroc.