Quatre soldats maliens tués dans deux attaques distinctes


Lecture 2 min.
Forces de défense du Mali
Les forces de défense du Mali

Quatre militaires maliens ont péri dans deux attaques distinctes perpétrées au Centre et au Nord du Mali. Dix-sept autres soldats ont été blessés au cours de ces assauts.

Les forces armées maliennes ont fait l’objet de deux attaques, ce lundi 21 mars 2022. Au moins quatre militaires ont été tués et 17 autres blessés, à Boni dans la région de Douentza située au Centre, et à Tessit dans la région de Gao, au Nord. Ces attaques surviennent après celle du 4 mars et qui avait aussi endeuillé les forces armées maliennes.

Selon un communiqué du chef d’état-major des armées maliennes, « suite à une embuscade contre une patrouille en offensive vers 11 heures, les Forces Armées Maliennes ont enregistré 2 morts et 7 blessés à Boni. Après une riposte vigoureuse par les FAMa, 13 corps des assaillants sont restés sur place et 2 terroristes ont été interpellés ». Un bilan qui témoigne de la violence des combats.

S’agissant de « l’attaque du poste de Tessit, vers 13 heures, les FAMa ont enregistré 2 morts et 10 blessés », poursuit le chef d’état-major des armées maliennes, qui confie que le ratissage s’est poursuivi pour nettoyer ces secteurs. Il a par ailleurs indiqué que « 9 morts parmi les terroristes et plusieurs autres blessés », ont été dénombrés, suite à une intervention aérienne des forces armées.

Cette attaque contre des soldats maliens intervient après une autre, plus violente, perpétrée le vendredi 4 mars dernier, ayant visé le poste de sécurité des Forces Armées maliennes à Mondoro. Au total, 27 militaires avaient été tués, suite à cette attaque, menée à l’aube, par des présumés djihadistes lourdement armés, venus à bord de motos et de voitures. Cet assaut avait aussi été circonscrit par une intervention aérienne de l’armée.

A lire : Mali : ce que l’on sait de l’attaque meurtrière contre l’armée

Avatar photo
Journaliste pluridisciplinaire, je suis passionné de l’information en lien avec l’Afrique. D’où mon attachement à Afrik.com, premier site panafricain d’information en ligne
Suivez Afrik.com sur Google News Newsletter