Quand les « média de la diversité » partagent leurs expériences

reynald.jpg

Les média dit « de la diversité » se sont retrouvés le 11 mai dernier à Paris, sous les auspices de l’Institut Panos Paris, pour le deuxième atelier national ‘Média des diversités – média grand public’ dans le cadre du programme triennal européen Mediam’Rad. L’opportunité pour lesdits média de se rencontrer et de partager leurs expériences.

reynald.jpgMediam’Rad – média des diversités en Europe – est un programme européen géré, en France, par l’Institut Panos[[<*>L’institut parisien appartient au Panos Council qui regroupe neuf instituts Panos dans le monde]], une ONG « spécialisée dans l’appui au pluralisme des médias ». L’objectif du programme étant « d’accroître le pluralisme des opinions et de renforcer la diversité des points de vue en favorisant un rapprochement entre média des diversités et média grand public ». C’est dans ce cadre que se sont réunis, le 11 mai dernier à Paris, plusieurs média pour un deuxième atelier national ‘Média des diversités- média grand public’, autour de la triple thématique des priorités éditoriales et du contenu, de l’accès aux ressources et des audiences et du lectorat. Reynald Blion, directeur du programme Migrations internationales et média et instigateur du projet Mediam’Rad revient brièvement sur une démarche qui progressivement fédère les média dit ‘de la diversité’ en France et crée des ponts avec les média ‘grand public’.

Afrik.com : Comment est né ce programme ?

Reynald Blion :
L’idée m’est venue parce que je travaille – je suis socio-économiste – sur les questions relatives aux migrations internationales. J’ai vécu en France, à l’étranger, un peu partout dans le monde et j’ai toujours été frappé, particulièrement en France et c’est vrai pour d’autres pays en Europe, par le côté monochrome des média. Qu’ils soient de presse écrite, de radio ou de télévision, tout en constatant qu’il y avait une presse qui émergeait, qu’on ne voyait pas, qu’on n’entendait pas et qu’on ne lisait pas. Mais qui avait un intérêt évident en termes de contenu, leurs priorités éditoriales tournant autour des questions de citoyenneté, d’altérité et d’intégration. En mai 2000 donc, alors que je travaillais déjà depuis deux ans pour l’institut Panos sur un programme relatif aux organisations de solidarité internationale, j’ai proposé de réfléchir sur les média comme autre lieux d’expression des dynamiques en cours au sein des communautés issues de l’immigration. Mediam’Rad a ainsi commencé à prendre forme et l’Union européenne a accepté de le financer fin 2003 avec un démarrage des activités, sur trois ans, en janvier 2005.

Afrik.com : C’est le deuxième atelier national ‘Média des diversités- média grand public’. Qu’est-ce qu’il a de plus que celui de l’année dernière ?

Reynald Blion :
Le nombre déjà. Il y a une centaine de personnes qui ont traversé l’atelier, ce qui montre l’intérêt de la mobilisation. C’est un point important pour nous parce que nous ne voulons pas nous positionner comme un porte-parole des média de la diversité. Notre objectif est de permettre ses rencontres et ses échanges qui aboutiront à des collaborations futures.

Afrik.com : Il est question d’un prix qui sera décerné aux média de la diversité…

Reynald Blion :
Il sera lancé fin mai sous la forme d’un appel à candidature au sein des média de la diversité qui doivent présenter un professionnel et son reportage. Ce dernier doit porter sur un sujet global traité avec un regard local. Sont concernés la presse écrite, Internet et la radio. Pas de télévision parce qu’il y en a très peu en France et par conséquent cela n’aurait aucun intérêt. Le prix sera décerné par un jury composé de média grand public et de média de la diversité. Les candidatures, qui peuvent être individuelles, auront jusque fin septembre pour être présentées. Le jury se réunira en octobre et le prix devrait être décerné la deuxième quinzaine du mois de novembre.