Quand les jeunes papas sont victimes du baby blues !

Ce ne sont pas que les jeunes mères qui souffrent de dépression suite à la naissance d’un bébé, les pères en sont aussi victimes.
Une étude américaine vient de prouver que ce ne sont pas que les jeunes mères qui souffrent de dépression suite à la naissance d’un bébé, les pères en sont aussi victimes.

Une étude américaine vient de prouver que ce ne sont pas que les jeunes mères qui souffrent de dépression suite à la naissance d’un bébé, les pères en sont aussi victimes.

Les pères aussi sont concernés par le baby blues, dans 5 à 10% des cas. Une étude américaine indique les hommes qui deviennent pères autour de 25 ans souffrent plus souvent du baby blues pendant les 5 premières années.

Des pères âgés de 24 à 32 ans ont été étudié. Il s’est avéré que seul un tiers n’a pas présenté de signes de dépression. Selon les conclusions de cette équipe médicale dont fait partie le Dr Craig Garfield, auteur principal de l’étude, les hommes devenus pères autour de 25 ans étaient 68% plus touchés par la dépression paternelle que les autres.

Les chercheurs ont en outre indiqué que la plupart du temps, les pères dépressifs vivaient avec leur enfant. Paradoxalement, ceux séparés de leur bébé en souffraient moins. Parfois, c’était même un effet inverse qui était noté. En ce sens que la dépression apparaissait avant la naissance, et disparaissait après l’accouchement.