Quand le sacré épouse le profane

Qui n’a pas écouté Hasna El Becharia courre chez son disquaire. Dans son dernier album « Djazair Johara », elle confirme son impressionnant talent en mêlant profane et sacré. De sa voix rocailleuse, elle dompte le gumbri et les karakabous. L’Algérie noire est enfin visible. Merci Hasna !

Hasna ne mangera pas de beurre, ni boira de petit lait : son fils est parti. Il l’a abandonnée. Cela donne le titre de l’album. Une chanson phare. Douleur mélancolique que la voix de Hasna rend mélodieuse. Moins douloureuse. La mère souffre mais sent que tout exil n’est pas stérile. La native de Béchar (ex Colomb-Béchar) enchaîne sur un déchaînement de karakabous. Le ton est donné : Hasna est allée revisiter le gnawa, musique originaire du Soudan, et le haddaoui. Une première : Elle joue de la guitare électrique, plutôt bien. En plus du oud (luth), derbouka et bendir. Le tout donne une ambiance de transe. Qu’elle chante Dieu ou les choses terrestres, l’enfant du Sud algérien arrive à faire passer de fortes émotions. Cassée, rocailleuse ou aiguë (elle y arrive), sa voix épouse les contours anguleux de sa musique. Une musique brute.

Transe au Sahara

La ville de Bechar est un carrefour de cultures marocaine, saharienne, soudanaise et berbère. Hasna est au centre de ce fourmillement de notes amples du désert. Gutturale, rugueuse, écorchée, la musique de Hasna n’a pas été formatée tout public. Elle n’est pas une sous production World Music. Authentique et libre. Elle est un hommage au peuple du Soudan. Un peuple aux frontières invisibles. Car la culture noire algérienne est peu visible en Algérie. Boudée par les producteurs du Nord et par la télévision. Véhiculée par les Gnawas, descendants d’esclaves noirs de l’ancien empire du Soudan, elle a réussit à mélanger harmonieusement le profane et le sacré. Les fils de Bambara sont les avant-gardistes du raï moderne.

Djazair Johara

est l’Algérie qu’on aime, l’Afrique qu’on aime. C’est un album de l’Algérie africaine. Merci Hasna pour ce bijou. Courrez chez le premier disquaire. Album coup de coeur d’Afrik.

Commander le disque en ligne.