Quand le Covid-19 sauve les rhinocéros d’Afrique du Sud !

Le Covid-19, qui continue de faire des victimes à travers le monde, n’a pas que des effets néfastes. En effet, les restrictions liées à cette pandémie ont entraîné une baisse du braconnage et a profité à la population de rhinocéros et à d’autres animaux sauvages, en Afrique du Sud. Selon la fondation, la population de rhinocéros noirs a légèrement augmenté, passant à 5 630 contre 5 500 en 2019.

La Fondation internationale des rhinocéros a publié, mardi, son rapport annuel sur l’état des rhinocéros pour cette année, qui décrivait les tendances actuelles en matière de conservation et mettait en évidence l’effet de la pandémie mondiale sur les cinq espèces de rhinocéros du monde. Le rapport indique que les fermetures des frontières durant cette pandémie de Covid-19, les déplacements nationaux et internationaux restreints, les réserves privées fermées aux visiteurs extérieurs, les points de contrôle réguliers et une présence militaire et policière amplifiée, ont tous contribué à la baisse du braconnage. Elle a déclaré que les gains pourraient être plus élevés que les prévisions, dans certaines régions, comme la vallée de Bubye au Zimbabwe, qui a connu une croissance démographique de 13,8% au cours des six premiers mois de 2020.

Les restrictions de voyage internationales auraient fermé les routes de trafic d’espèces sauvages vers la Chine et le Vietnam, les plus grands marchés noirs de la corne de rhinocéros. Bien que la corne de rhinocéros n’ait aucune valeur commerciale en dehors du commerce illégal, elle est estimée à 65 000 dollars (36,3 millions FCFA) le kilogramme sur la valeur du marché noir, qui est principalement motivée par la demande des consommateurs asiatiques. Selon la fondation, la population de rhinocéros noirs a légèrement augmenté, passant à 5 630 contre 5 500 en 2019. « L’espèce reste en danger critique d’extinction et à une fraction du niveau historique de 65 000 habitants en 1970. Il n’en restait qu’environ 2 300 au début des années 90, et la population devrait continuer à faire de petits gains », a déclaré la fondation.

L’autre espèce d’Afrique, le rhinocéros blanc, a également connu une déchéance dramatique au cours des deux dernières années, en raison du braconnage intensif, avec plus de 900 rhinocéros tués par des criminels, en Afrique, rien qu’en 2018 (un toutes les dix heures). Entre les premiers semestres 2019 et 2020, il a été rapporté que le nombre de rhinocéros blancs est passé de 319 animaux à 166. «L a population est estimée à environ 18 000 animaux. On craint toujours que l’espèce continue de subir des déclins cette année », indique le rapport.