Prostitution : 1 500 euros d’amende pour les acheteurs d’actes sexuels !

Les députés ont adopté, vendredi soir, la pénalisation des clients de prostituées. Ils ont voté à main levée la disposition la plus controversée du texte : celle qui punit l’achat d’actes sexuels de 1 500 euros d’amende. La proposition de loi complète sera votée mercredi.

Les députés français ont adopté, vendredi soir, la pénalisation des clients de prostituées. Ils ont voté à main levée la disposition la plus controversée du texte : celle qui punit l’achat d’actes sexuels de 1 500 euros d’amende. La proposition de loi complète sera votée mercredi.

Pour décourager ces « abonnés » aux services des prostituées, le texte dit qu’en cas de récidive, l’infraction deviendra un délit puni d’une peine d’amende de 3 750 euros dans « un souci de pédagogie et de dissuasion, graduelle et progressive », selon un amendement voté. Alternative à l’amende ou sanction complémentaire, un « stage de sensibilisation à la lutte contre l’achat d’actes sexuels » est prévu.

Selon la ministre des Droits des femmes, Najat Vallaud-Belkacem, « la France n’est pas un pays d’accueil de la prostitution (…). Le texte prévoit cependant des mesures d’accompagnement social pour celles qui veulent quitter la prostitution, 20 millions d’euros par an. Les étrangères engagées dans un parcours de sortie pourront obtenir un titre de séjour de six mois, renouvelable ».

Le nombre de prostituées en France est estimé à plus de 20 000. Ces filles viennent notamment d’Europe de l’Est (Bulgarie, Roumanie), d’Afrique, principalement du Nigeria, du Cameroun, de Chine et d’Amérique du Sud.