Prolongation du mandat de la force de l’Union africaine au Darfour

Le mandat de la Mission de l’Union Africaine au Soudan a été prolongé de trois mois, mercredi à New York. Le nouveau mandat, qui sera renforcé, a pour objectif de permettre au Soudan et aux Nations Unies de s’entendre sur l’envoi de casques bleus au Darfour. Option que le Président Omar al-Bachir avait de nouveau refusée mardi.

La rumeur courait, mais c’est maintenant officiel : la Mission de l’Union Africaine au Soudan (Muas) prolonge son mandat au Darfour. La Muas, dont la mission devait s’achever le 30 septembre, notamment pour des raisons financières, est appelée à rester dans la province ouest-soudanaise jusqu’au 31 décembre. Le Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l’organisation panafricaine a pris cette décision mercredi à New York (Etats-Unis), lors d’une rencontre organisée en marge de l’assemblée générale des Nations Unies.

Pour remplir son devoir, la Muas sera renforcée. Le chef de l’Etat burkinabè et président du CPS, Blaise Compaoré, a expliqué que les Nations Unies apporteront un soutien matériel et logistique à la Muas, alors que la Ligue arabe apportera une contribution financière. L’effectif de la force, quelque 7 200 soldats, doit également être revu à la hausse. Mais, pour le moment, le nombre de militaires reste inconnu. Toujours est-il que ces mesures ne seront pas de trop. La Muas souffrait en effet du manque d’équipement et de fonds, ce qui aurait joué sur son manque d’efficacité sur le terrain.

Le Président al-Bachir satisfait

Le Président soudanais Omar al-Bachir est satisfait de la mesure. Pour lui, il n’y avait que deux alternatives pour pacifier son pays : envoyer 10 500 de ses hommes en plus dans le Darfour, ce que la communauté internationale refuse, ou prolonger le mandat de l’Union Africaine. Omar al-Bachir s’oppose en effet à l’envoie de casques bleus onusiens, envoi que le Conseil de sécurité des Nations Unies avait approuvé le 31 décembre. Il estime que ce serait une violation de la souveraineté du Soudan. Argument qu’il a réitéré mardi à New York. Il s’était par ailleurs déclaré prêt à accepter la présence de la Muas « jusqu’à ce que la paix soit rétablie ».

Le Président campe donc sur ses positions. Idem pour les Nations Unies. Une réunion sur l’envoi de soldats de maintien de la paix au Darfour doit pourtant se tenir lundi. Car la prolongation du mandat de la force de l’Union Africaine a, avant tout, pour objectif de permettre au Soudan et aux Nations Unies de trouver un accord en faveur du déploiement de casques bleus. Pas gagné.