Procès des pro-Gbagbo : 965 milliards FCFA à payer, la défense s’insurge

Simone Gbagbo et près de 80 de ses co-accusés ont été condamnés à payer collectivement près de 965 milliards de FCFA (soit 1,47 milliard d’euros) de dommages et intérêts, en plus des condamnations à des peines de réclusion. Les avocats de la défense qui dénoncent le manque de preuves se sont insurgés contre « la plus grande honte de la Cote d’ivoire ».

La juge Tahirou Dembélé a condamné, ce mardi 10 mars 2015, Simone Gbagbo et près de 80 de ses co-accusés à payer la somme de 965 milliards de FCFA, soit près de 1,47 milliard d’euros. Cette amende s’ajoute aux peines de réclusion prononcées lundi. La défense a qualifié cette nouvelle peine d’ « indigne ».

« Plus de justice indépendante »

« En dommages et intérêts, il faut apporter la preuve du préjudice, et démontrer qu’il a un lien avec les actes qui ont été posés. Il faut apporter les preuves du préjudice causé à la Côte d’Ivoire », a indiqué l’avocat de Simone Gbagbo, Maître Rodrigue Dadjé. Pour la première fois, a-t-il déploré, une condamnation est effectuée sans la moindre preuve : « C’est la plus grande honte de la Côte d’Ivoire », rapporte APA.

La défense a accusé le tribunal politique d’être totalement contrôlé par le pouvoir politique. « Il n’y a plus de justice indépendante en Côte d’Ivoire. Quoi que vous fassiez, c’est le pouvoir politique qui a le dernier mot. C’est lui qui dit ce qu’il veut et le fait appliquer », a-t-il conclu.

Simone Gbagbo avait été condamnée, lundi, à 15 ans de prison ferme, tandis que Michel Gbagbo, le fils de l’ancien Président a écopé de 5 ans de prison plus 5 ans d’inéligibilité. Des hauts cadres du FPI ont aussi été condamnés à plusieurs années d’emprisonnement.